capitaine Titan

série: Titan
dessinateur / scénariste: Dupuis Pierre
éditeur: Glénat EO 1981
genre: ScienceFiction
classement: biblio117
date: 1981
format: broché, N&B
état: TBE
valeur: 20 €
critère: ***
remarques: le pavé BD de science-fiction en 480 pages,
un des chefs d'oeuvre de la SF dessinée
malgré que la fin soit un peu précipitée pour des raisons d'édition

>> biographie de Pierre Dupuis >> voir CBD no 12 Peyo+Dupuis

à noter que la série capitaine Titan a parue en petit format
sous le titre Titan, 16 nos de 1963 à 1964
et il existe aussi 2 albums poche N&B édités en 1977 format poche:
Titan et le retour de Titan (édition Glénat)

première partie: Diamant IX ne répond plus
une fusée spatiale emportant le capitaine Titan et son lieutenant Tex
est envoyée dans l'espace, prise dans une tempête cosmique,
la fusée doit se poser sur la lune mais mal ajustée,
elle se couche sur le flanc, impossible de repartir

toutefois, les deux compères y rencontrent
deux géants luxiens venus hors du système solaire,
ils invitent Titan et Tex à monter dans leur fusée
mais subitement les deux géants disparaissent et nos deux amis
se retrouvent seuls dans une fusée inconnue

entretemps, une fusée russe, contenant deux cosmonettes,
lancées dans l'espace, cherche à détecter la fusée française sur la lune
>> p. 101 les deux cosmonettes soviétiques
mais dans la fusée, Titan et Tex sont maintenant contactés par radio
depuis la planète Lux et la fusée est dirigée vers cette planète

2ème partie: Bombik menace Zukor
en route pour Lux, la fusée de Titan et Tex est déviée sur Zukor, satellite de Lux,
car elle est menacée par les sharkiates, ennemis des luxiens,
sur Zurkor, Titan et Tex sont confrontés à une nature hostile:
monstres préhistoriques et plantes carnivores,
finalement les luxiens réussiront à récupérer Tex et Titan
et à les ramener sur leur planète
>> p. 215 les découvertes sur Lux où les immeubles
peuvent s'enfoncer dans le sol en cas d'attaque ennemie,
Lux est maintenant attaquée par les sharkiates
= monstres métalliques d'une grande intelligence et infissible
(ne pouvant être détruit par des armes atomiques),

en s'emparant d'un sharkiate blessé, Titan le reconditionne
et envoie une bombik pour détruire la station contrôle des sharkiates
mais durant l'opération, la fusée de Titan est dévié sur le satellite Zurkor
vers lequel les sharkiates lance une bombe ciselante
qui détruit pratiquement toute vie sur Zurkor
mais qui produit des vapeurs d'eau qui oxydent les vaisseaux sharkiates.

3ème partie: toute l'eau du ciel
la proposition de Titan de combattre les sharkiates avec de la vapeur d'eau
est soumise à l'ordinateur central qui découvre un champignon "le crypto lequia"
qui absorbe l'hélium et produit de l'hydrogène qui mêlé à l'oxygène fait de l'eau H20

4ème partie le dernier quart d'heure
une bombe à base de crypto lequia est préparée et lancée sur la planète Shark,
la catastrophe produit un trou noir par lequel Shark est englouti;
par la suite, une fusée est mise à la disposition de Titan et Tex pour rejoindre la Terre,
les luxiens leur font cadeau d'une arme imparable:
la boite ionique qui peut faire disparaître et réapparaître
la matière grâce à un impulseur zirkone
(dissolution de la matière puis reconstitution à un endroit voulu)

Titan et Tex sortent de la fusée par une capsule spatiale
qui se détruit automatiquement au contact de la terre,
mais Titan et Tex échouent sur une île déserte du Pacifique
où ils sont agressée par des sauvages
>> p. 445 l'attaque des anthropopithèques!!
peu après, ils sont recueillis par un navire japonais
qui leur apprend qu'entretemps la planète Terre subit une guerre mondiale
entre euro-américains et afro-asiatiques,
grâce toutefois à leur arme miracle, Titan et Tex rétabliront la paix sur Terre
et après un long périple tout est bien qui finit bien
mais que sont devenues les petites cosmonettes russes?

>> le pouvoir d'imagination de Dupuis est infini!
le dessin est plutôt rudimentaire mais dynamique et agréable,
quant au texte parfois un peu loufoque, il reste captivant du début à la fin

couvertures:
Copyright 2008 - 2023 G. Rudolf