t.12/ soldats des Etats-Unis, part 2

série: Armes et Costumes
dessinateur / scénariste: Funcken Fred et Liliane
éditeur: Casterman EO 1980
genre: Révolution
classement: biblio515
date: 1980
format: Cartonné
état: TBE/N
valeur: 80 €
critère: ***
remarques: titre complet: uniformes et armes des soldats des Etats-Unis, part 2

(les guerres d'Indépendance, de Sécession, du Mexique et l'épopée du Far West),
tome 2 la cavalerie et l'artillerie

n.b. le premier album a été gratifié de "first-rate book"
par les spécialistes américains de l'uniformologie

première partie: la cavalerie de la révolution américaine
(guerre d'Indépendance)

les origines
les puritains opprimés dans leur pays se montrèrent vite eux-mêmes
les persécuteurs des indiens et l'essor des communautés blanches
allait être synonyme d'antagonisme entre deux races,
entre autre, les colons commencèrent aussi à créer un corps de cavalerie nommé "troops of horse",
mais lors de la guerre d'Indépendance, la cavalerie ne joua pas un rôle important
(4 régiments de Light dragoons et un "legionary corps")
>> p. 9 la cavalerie des premiers colons

l'armement de la cavalerie consistait de pistolets (principalement français et anglais)
nommés "horse pistols", de mousquetons ou carabines surtout utilisés
lors des combats à pied ainsi que des sabres, les casques étaient d'une grande variété,
mais le plus grand problème fut celui de la selle
car elle n'existait en Amérique que sous la forme civile
et une nouvelle genre de selle militaire devait s'adapter
parfaitement à la morphologie du cheval

les corps de cavalerie américains:
- le Light Horse Harry formé par le virginien Harry
pour des missions d'éclaireur et de raids-surprise (coups de main)
- le Lee's Light Horse Lee devint gouverneur de la Virginie
et son fils devait devenir le grand général sudiste Robert Lee

il y eut de nombreux autres corps irréguliers
tel celui du "swamp fox" (= Francis Marion),
le corps de Pulaski, fils d'un ardent patriote polonais
qui s'embarqua pour l'Amérique avec les troupes de La Fayette
et enfin le corps Taffin, un noble français
qui sous le surnom de "colonel Armand" créa un corps de cavalerie français

autres corps de cavalerie américains:
- la cavalerie légère de Phidadelphie qui escortait George Washington
- les chevau-légers du Connecticut et de Caroline du Sud
employés comme courriers et éclaireurs
>> p. 23 cavalerie légère de Phidadelphie (1777)

autres corps de cavalerie durant la guerre d'Indépendance:
- cavalerie française hussards de Lauzun,
combattant sous les ordres de Rochambeau
- cavalerie anglaise 2 régiments de dragons légers participaient aux combats:
les "Queen's Own" et les "Queen's Dragoons"
- cavalerie loyaliste celle-ci consistait de nombreuses formations
dont les deux plus célèbres:
the "Queen's Rangers" et la "British Legion" commandée par Banastré Tarleton
qui combattait sans faire de prisonniers (surnommé le boucher par les insurgés)
- cavalerie allemande un petit régiment de dragons de Brunswick
qui combattaient plus à pied qu'à cheval

deuxième partie: la période post-révolutionnaire

en 1802 sous le président Jefferson,
l'armée américaine n'avait pratiquement plus de cavalerie!
en 1813 lors de la guerre avec l'Angleterre,
le colonel Johnson reçut l'autorisation de recruter un millier de "mounted riflemen"
qui participèrent avec succès à la bataille contre Tecumseh,
chef des shawnees et allié des anglais

la poussée ininterrompue des pionniers vers l'Ouest
dans la région des plaines peuplée d'indiens belliqueux,
causa la formation d'une nouvelle unité: le "US mounted rangers battalion",
puis d'un "US regiment of dragoons" plus disciplinés commandés par Stephen Kearny
n.b. le peintre George Catlin qui les accompagnait
a laissé plus de 500 dessins et peintures relatifs aux indiens
>> p. 66 la monture de la cavalerie fut, dès ce temps-là,
le grand cheval originaire de l'est, celui qu'on appellera "American"
pour le distinguer des produits du Nouveau Mexique, du Texas et de la Californie,
le "morgan" de robe baie (brun-noir) était le plus recherché
>> p. 52 l'expansion territoriale des Etats-Unis de 1783 à 1853
>> p. 53 les "US mounted rangers" (1833)
>> p. 62 les grandes pistes de la conquête de l'Ouest
(Boseman trail, Oregon trail, California trail, Santa Fe trail,
Old Spanish trail, Gila river trail, route postale Butterfield)

l'armement après 1833
- le sabre, celui-ci resta de vigueur mais s'avéra pratiquement inutile façe aux indiens
et devint plutôt un accessoire décoratif
- le pistolet, une arme célèbre allait faire son apparition: le revolver Colt
- la carabine, inventée par John Hall,
la carabine Hall fut dès 1819 la première carabine à chargement par la culasse,
il y eut aussi la carabine Colt à barillet de 10 coups,
mais encore peu sûre et dangereuse à l'emploi,
toutefois son tir à répétition brisait net une charge indienne,
en 1847 une nouvelle carabine fut adoptée: la Springfield

n.b. deux figures célèbres de la cavalerie:
- Philipp Kearny (1815-1862) qui élabora le premier "cavalry manual de l'US army"
- son oncle Stephen Kearny (1794-1848) contribua
à la conquête du Nouveau Mexique et de la Californie

la jeune république du Texas proclamée en 1836 recruta des troupes de volontaires à cheval:
les "Texas rangers" qui participèrent en 1845 à la guerre du Mexique,
ceux-ci ne portaient pas le moindre uniforme et s'équipaient plutôt à la mexicaine
dont la superbe sellerie appelée "tapaderas"

de 1848 à la guerre civile
la paix avec le Mexique avait renvoyé la cavalerie à sa mission
de surveillance et de protection sur les pistes de l'Ouest
mais elle se révéla insuffisante façe au problème indien
et de nouveau effectifs furent levés par Jefferson Davis,
alors ministre de la guerre et qui deviendra le futur président de la Confédération,
de ce fait la cavalerie passera en grande partie
dans les rangs sudistes lors de la guerre de Sécession

en 1858, les sabres croisés symbolisant la cavalerie furent choisis
comme emblème sur le chapeau de feutre
qui sera toutefois progressivement remplacé par le képi à visière

troisième partie: la guerre civile (guerre de Sécession)

à partir de 1861, les états de l'Union réorganisèrent leur cavalerie
qui comporta 6 corps numerotés de 1st à 6th cavalry
le sabre fut gardé mais sans grande utilisation pratique,
le revolver consistait en les modèles Colt army et navy,
la carabine restant l'arme de prédilection avec le nouveau modèle Spencer à répétition,
la meilleure arme à feu jamais fournie à la cavalerie

l'armée nordiste comportait 1548 régiments d'infanterie et 198 régiments de cavalerie
les premiers contacts avec les sudistes furent désastreux
de par la supériorité écrasante de la cavalerie sudiste,
mais à la fin de la guerre, la cavalerie nordiste surpassa la cavalerie sudiste
la cavalerie était l'atout majeur des forces confédérés
et grâce aux volontaires rompus à l'équitation dès leur plus jeune âge,
le général Lee remporta de remarquables victoires
dans les deux premières années de la guerre

l'armement fur sensiblement le même que celui des nordistes,
toutefois le sud manquait toujours de munitions
n'étant pas capable d'usiner les cartouches métalliques nécessaires
et les troupes sudistes (surtout l'infanterie) étaient moins bien organisées que les nordistes,
chaque état confédéré défendant plutôt son intérêt particulier au lieu de l'intérêt général

les opérations militaires

en 1861 à Bull Run, bien que les nordistes aient fait reculer les sudistes,
la brigade du général sudiste Jackson résista comme un mur de pierre
(d'où le surnom de général Stonewall) et la victoire pencha en faveur des sudistes
mais la prise des bases navales de Cap Hatteras et de Port Royal
par les nordistes permit un début de blocus

le 27.1.1862 Lincoln déclanche une offensive générale,
les troupes du général Grant réussissent à s'emparer
d'un fort important sur la rivière Tennessee
et occupent le Kentucky et une partie importante du Tennessee
mais elles sont arrêtées et repoussées à la bataille de Shiloh le 6.4.1862

d'autres combats eurent lieu dans la région de Richmond,
capitale sudiste à env. 100 miles de Washington,
entre les troupes de Lee et Stonewall et l'armée nordiste du Potomac
sans grand résultat de part et d'autre (bataille des 7 jours)
mais Richmond avait été sauvée (avril 1862)

en août, une nouvelle armée nordiste prend l'offensive
mais est battue par Lee+Stonewall à Manassas
et le 29.8. la bataille de Antietam Creek fut la plus sanglante de la guerre,
les "Johnny Rebs" doivent céder du terrain mais font une retraite ordonnée

l'armée fédérale passe sous le commandement du général Burnside
et lance le 17.11. une offensive sur Fredericksburg au nord de Richmond
qui est repoussée avec de lourdes pertes pour les nordistes,
sur mer les succès de la flotte nordiste avait accentué le blocus

en janvier 1863, Joseph Hooker remplace Burnside,
134'000 nordistes prennent en tenaille les 65'000 hommes de Lee
qui réussit néanmoins à les battre mais Stonewall trouve la mort durant les combats
Hooker est remplacé par George Meade
et ce fut le 30.6.1863 la bataille de Gettysburg (au nord de Washington),
les sudistes sont battus mais Meade n'exploite pas son succès,
ce qui permet à Lee de regrouper ses troupes et d'établir une nouvelle ligne de défense
alors que Grant s'empare de Vicksburg (le Gibraltar américain)
sur le Mississipi, coupant les états confédérés en deux

au centre, les sudistes remportent une victoire à Chattanooga au Tennessee,
toutefois sous le commandement unique de Grant,
les nordistes se ressaisissent et repoussent les sudistes

1864 Grant est nommé lieutenant-général et devient un héros national
et avec Sherman son adjoint, il déclanche avec trois armées
une offensive générale sur tous les fronts
Grant s'efforce de s'emparer de Richmond sans y parvenir
tout en subissant d'énormes pertes (12'000 hommes en une heure!),
ce qui le fera surnommer "le boucher" par les journalistes du nord

d'un autre côté, le général Sheridan effectue un raid de 3 semaines
dans la vallée de la Shenandoah en Virginie dont il fit une terre brûlée (octobre 1864)
alors que Sherman lance une offensive à travers la Georgie sur Atlanta
qui est occupée après de lourdes pertes en juillet 1864,
puis Sherman continue sur Savannah qu'il allait atteindre en décembre 1864,
sur mer le blocus est maintenant total
n.b. Sherman était considéré par les correspondants de guerre
comme un fou dangereux, frappé de "terrible cerebral excitement"

au printemps 1865, les troupes sudistes sont en triste état,
Sherman remonte vers le nord en prenant en tenaille les forces de Lee à Petersburg,
Lee se défend avec habilité et courage mais écrasé par des forces 2x supérieures,
il doit capituler à l'ultime bataille d'Appomattox le 12.4.1865
mais Grant lui fera des conditions généreuses
>> p. 108/109 la progression de la guerre de Sécession 1861-1862 et 1863-1865
>> p. 71 la cavalerie nordiste
>> p. 73 la cavalerie sudiste

quatrième partie: la cavalerie de 1865 à 1900

la guerre terminée, il fallut assurer l'occupation militaire du sud,
y installer un gouvernement militaire et ce ne sera qu'en 1877
que l'armée fut relevée de ses fonctions
pour soutenir plus efficacement les régiments de cavalerie
engagés à l'Ouest contre les peaux-rouges
(dont celui de Kit Carson au Nouveau Mexique)
n.b. le Texas avait rejoint le sud alors que la Californie était restée fidèle à l'Union

en 1866, 4 nouveaux corps de cavalerie sont créés:
7th, 8th, 9th and 10th cavalry, chacun comptant environ 1000 cavaliers

pour la lutte contre les peaux-rouges, principalement les sioux des plaines,
la cavalerie eut recours à des éclaireurs indiens (scouts),
ceux-ci, considérés comme rénégats par leurs frères de race,
apportèrent une aide substantielle et plusieurs membres de tribus,
croyant s'assurer la reconnaissance des blancs, se joignirent souvent à l'envahisseur!
>> p. 128 forts militaires et tribus indiennes vers 1860
(de 1865 à 1876 au plus fort des guerres indiennes,
18'000 soldats surveillaient d'immenses territoires
peuplés par environ 200'000 peaux-rouges)

les guerres indiennes
entre 1861 et 1891 se déroulèrent 13 campagnes
et plus de 1000 rencontres entre l'US army et les indiens

- 29.11.1864 massacre à Sand Creek du camp cheyenne de Black Kettle
par le régiment de Chivington, un pasteur méthodiste;
une enquête fut ouverte mais Chivington ne fut jamais inquiété
- 21.12.1866 "Fetterman massacre",
les sioux de Red Cloud et Crazy Horse s'attaquent aux convois sur la Boseman trail,
bravant les consignes, Fetterman avec ses 80 hommes
poursuivent imprudemment un groupe de sioux et se font massacrer près de fort Kearny
- 2.8.1867 "combat de Waggon box",
40 soldats bien retranchés derrière un rempart de chariots
et plusieurs armés d'une carabine à répétition tiennent tête à 1500 peaux-rouges
- 1872-1873 "guerre des Modocs", suite à la trahison du chef modoc Kientpoos,
un régiment avec artillerie écrase la tribu des Modocs le 1.6.1873 au nord de la Californie
- la grande campagne de 1873 menée par le général Crook
contre les sioux et les cheyennes qui s'étaient échappés de leurs réserves,
l'armée US, divisée en 3 colonnes (Crook, Gibbon et Custer) avec 200 fantassins et 1500 cavaliers
se mit à la poursuite des peaux-rouges dans le nord du Montana;
le 17.6. la colonne de Crook sur la Rosebud river est attaquée
par les 3500 guerriers de Crazy Horse qui empêchent Crook de continuer son avance
et de rejoindre les autres colonnes
Custer, venant de l'ouest, au lieu de coordonner son action
avec la colonne Gibbon venant de l'est,
se lance imprudemment à la poursuite d'un groupe de peaux-rouges
tout en fractionnant ses troupes et tombe dans l'embuscade
préparée par Crazy Horse, Gall et Sitting Bull;
en moins d'une heure, Custer et ses hommes sont massacrés à la Little Bighorn,
il n'y eut qu'un seul survivant: Comanche, le cheval du captaine McKeoghe
mais par la suite, harassés par les troupes de Crook et de Gibbon,
souffrant de faim et de froid, Red Cloud, Crazy Horse et Sitting Bull durent se rendre
Crazy Horse (1877) et Sitting Bull (1890) furent tués lors d'une échaffourée
- campagne contre les Nez Percés dont le chef Joseph en 1877
refusa de se laisser spolier sur ses terres,
après une course-poursuite de 11 semaines sur 2000 km en Idaho et Montana,
Joseph dût se rendre avec 80 guerriers le 5.10.1877,
il fut surnommé le Napoléon indien
- campagne contre les apaches par le général Crook de 1882 à 1886
qui finalement réussira à capturer Geronimo sur la frontière du Mexique
- en 1890, un chef de la tribu des Payutes commença un soulèvement contre les blancs,
le mouvement se développa et lors d'une manifestation à Wound Knee Creek en Idaho
sous l'hospice du chef sioux Big Foot, l'armee US dût intervenir,
un coup de feu partit déclanchant une fusillade générale qui dégénéra par un massacre
ce drame fut remémoré en 1972, démontrant à quel point
le problème des "affaires indiennes" était loin d'être résolu
>> p. 80/81 scène de la bataille de Beecher's island au Colorado en 1868
entre l'US army et le chef cheyenne Roman Nose
>> p. 87 cavalerie US à l'ouest (1872-1881)
>> p. 111 éclaireurs et volontaires indiens (1866-1913)
>> p. 113 "Texas rangers" (1875-1890)
armés de la carabine Winchester modèle 1873, la plus vendue dans l'Ouest

cinquième partie: l'artillerie

- l'artillerie coloniale
les premiers fortins étaient armés de 3 ou 4 canons (importés d'Angleterre)
dont les boulets n'allaient guère au-delà de 300 m
- l'artillerie révolutionnaire
les fonderies Springfield au Massachusetts devinrent le principal arsenal des continentaux,
on utilisait alors le boulet classique, le boulet à ricochet
et le boulet "grapeshot" = genre mitraille
- l'artillerie de 1812 à 1861
lors de la guerre de 1812 et du Mexique, l'artillerie fut réorganisée
en "regiment of artillerists" et "light artillery"
accompagnés d'un corps de bombardiers, sapeurs et mineurs
- pendant la guerre de Sécession
le développement de l'artillerie s'accentua
et l'on vit même apparaître de l'artillerie lourde montée sur voie ferrée

- après la guerre civile
à partie de 1903, on adopta progressivement le chargement
par la culasse et la poudre sans fumée
mais à la veille de la première guerre mondiale,
l'artillerie de campagne américaine était encore pauvrement dotée
>> p. 141 l'artillerie durant la guerre de Sécession
avec l'apparition de la première mitrailleuse Gatling
>> p. 149 types d'indiens de 1600 à 1850 (comme présenté aussi en 4ème plat)
>> p. 151 le cheval indien et ses peintures de guerre
dont l'appaloosa (le plus estimé de tous les chevaux indiens)
et le palomino (nom de la robe et non de la race)
>> p. 153 les derniers guerriers indiens (1850 à 1890)
= bref hommage aux héros malheureux de la geste américaine

>>> ce volume termine la série des armes et uniformes des soldats des Etats-Unis,
un album à nouveau très intéressant de par les illustrations superbement imprimées en couleur
n.b. à nouveau l'artillerie, comme pour la marine, n'a droit qu'à un court chapitre
(sauf pour les illustrations), mais la partie historique
(guerre de Sécession et guerres indiennnes) est bien documentée

couvertures:
Copyright 2008 - 2023 G. Rudolf