tome 7 Aghora le père-mère

série: Méta-Barons (la caste des)
dessinateur / scénariste: Gimenez+Jodorowsky
éditeur: Humano EO 2001
genre: ScienceFiction
classement: biblio1
date: 2001
format: cartonné
état: TBE
valeur: 10 €
critère: ***
remarques: édition originale, couleur, 64 pages

>> p. 3 le nouveau méta-bunker
- selon Tête d'Acier, dona Vicenta de Rokha s'est livrée
à un suicide déguisé et celle-ci, malgré son nouveau-né,
a maintenant perdu sa beauté, son amant, son château,
sa planète, son peuple et son père et ne veut plus vivre,
- le récit sur le secret du Méta-Baron actuel: sa cicatrice
au sourcil qui lui aurait été affligée par Tête d'Acier
- quant aux jumeaux, Tête d'Acier choisit, contrairement
à la tradition, la fille pour survivre mais Tête d'Acier
donne à ce corps de fille le cerveau du garçon;
corps de femme, corps d'homme, elle s'appellera désormais Aghora,
toutefois le corps du garçon sera conservé dans une niche
anti-putréfaction et dona Vicenta de Rokha, mourante,
est mise sous cape d'omnicryogelant qui gèle
ses processus biologiques, Tête d'Acier voulant la garder
en vie pour qu'elle puisse se rendre compte de l'évolution
d'Aghora et comme nourrice, Aghora reçoit une tarentulouve
>> p. 10 Deyanira, la tarentulouve qui deviendra
la compagne fidèle et l'alliée d'Aghora

- à 7 ans, Aghora subit le test de la douleur et reçoit
une super-main gauche robotisée, son corps de femme devient
un corps de guerrier avec des seins qui ne pousseront plus,
toutefois le bas-ventre reste femme et sans tube érecto-rétractile,
elle/il ne peut engendrer un nouveau Méta-Baron

- première mission comme supermercenaire-bourreau:
exterminer les condamnés à mort du bagne de Khaliyuga
>> p. 14/15 quelques condamnations difficiles à exécuter

- et à 16 ans, Aghora doit passer, en accord avec la tradition,
l'épreuve d'initiation, mais Tête d'Acier est invulnérable
et Aghora ne pourra le vaincre que par la ruse,
car l'amour que Tête d'Acier voue à dona Vicenta de Rokha
est le plus grand ennemi du guerrier et Aghora réussit
à envelopper Tête d'Acier d'omnicryogelant et à le lancer
dans le cosmos où il se perd dans l'espace infini

- entretemps l'armada impériale est vaincue par de nouveaux
envahisseurs dont les armes retrocèdent par réflection
les attaques de leurs adversaires et cette fois Aghora
n'est pas sollicitée par les forces impériales,
car avec son corps de femme sans pénis,
elle n'est pas reconnue comme suprême Méta-Baron
- malgré tout après avoir éliminé ses adversaires
(la lie de la cour impériale), Aghora est nommée
par l'imperoratriz commandant des forces impériales et après
s'être soi-même transformée par psycho-mimétisme en miroir
réflectant, ce qui détruit à leur tour les vaisseaux des
des envahisseurs, Aghora décide d'anéantir celui qui les contrôle
>> p. 32/33 et tranchant le cerveau-mater,
Aghora dévoile son noyau pinéal

- le dernier duel contre son semblable (mais celui-ci n'a qu'un corps
avec un esprit alors qu'Aghora a un esprit avec un corps)
tournera à l'avantage d'Aghora et son adversaire vaincu,
laisse derrière lui un univers où l'un après l'autre
>> p. 37 explosaient d'innombrables galaxies
>> p. 38 et devant l'imperoratriz, la cour impériale, les Mentreks,
l'endogarde, la guilde techno-technos, le maganat, l'économat,
la techno-papauté, les colonies troglosocialiks et l'armée,
Aghora reçut la médaille plurigalactique,
la plus haute distinction conférée par l'empire

- c'est alors que l'impensable se produisit:
Deyanira, atteinte d'une tumeur, est frappée de folie
et pour abréger ses souffrances, Aghora décide de l'euthanasier
et pour la première fois de sa vie,
Aghora va laisser tomber une larme de la haine,
Aghora découvre alors l'amour et veut engendrer
un être plus humain que ses prédécesseurs,
elle ou il extracte de sa tête d'homme des cellules mâles
et les transforme après un traitement hypogénétique
en tétars inséminateurs et se féconde lui-même dans son
corps de femelle, ce fut le premier auto-inceste de l'histoire

- puis Aghora prépara son accouchement dans la planète-jardin Flos,
toutefois un danger survient: dans leur octochborg,
quatre nonnes-putes survivantes de la secte Shabda-Oud
(>> voir tome 4) se préparent à investir Kgen-Kgen,
la prison de l'empire située sur l'abominable satellite
de Titane pour délivrer la célèbre criminelle Zombra,
afin que celle-ci grâce à ses pouvoirs spéciaux puisse
aider la secte à s'emparer des commandes pour gouverner
l'empire et supprimer l'imperoratriz
>> p. 47 la fameuse Zombra

- pour cela, il faut d'abord éliminer le gardien Méta-Baron
qui est plus puissant que Zombra, toutefois Aghora
est actuellement sur le point d'accoucher et donc plus faible
et les nonnes-putes procurent à Zombra son kantyloptère
qui lui redonne son pouvoir de dédoublement
>> p. 51 elle devient une harpie qui peut se scinder
en une fourmilière capable d'investir une planète entière
pour ensuite une fois tout dévasté revenir à l'unité originelle,
des millions de Zembra attaquent alors maintenant
Aghora qui vient d'accoucher

- et pour une fois Aghora doit prendre la fuite avec son Méta-bébé
en inversant le pouvoir de son méta-glaive, elle se réfugie
dans sa méta-nef alors que le Méta-bébé riait déjà intelligemment
et avec son méta-canon maxi-oko, Aghora désintègre la planète Flos
y compris toutes les Zombras qui s'y trouvaient;
restait à éliminer ceux qui avaient ourdi le complot,
au palais d'or les quatre nonnes-putes grâce à leur puissance
mentale s'apprêtaient à éliminer l'imperoratriz,
le Méta-Baron intervient à temps mais éprouvé par son accouchement
et par sa lutte contre les Zombras, il ne parvient pas à détruire
la révérende nonne-pute et ce ne sera qu'avec l'aide
de la force mentale de son rejeton amené par le robot Tonto
qu'Aghora restera vainqueur du combat
>> p. 63 à l'héroïque rejeton du Méta-Baron,
l'imperoratriz remet la médaille de l'archi-noblesse et le titre
de Trino-Vicomte ainsi que trois millions de millions de kublars,
le rejeton était devenu l'arme absolu et sera appelé Sans-Nom


>> un formidable récit qui ne perd rien de sa méta-puissance
ni de son intérêt, l'imagination est toujours encore débordante
et le graphisme exubérant


annexes
- couverture de l'album
- deux méta-planches tirées du récit



couvertures:
Copyright 2008 - 2023 G. Rudolf