tome18 l'affaire Tournesol

série: Tintin, albums EO
dessinateur / scénariste: Hergé
éditeur: Casterman EO 1956
genre: Aventure
classement: biblio1
date: 1956
format: cartonné
état: TBE
valeur: 400 €
critère: ***
remarques: première édition couleur, B20, 1956, dos rouge,
édition belge, page de titre, titre en noir
pages de garde, bleu foncé
(dernier album avec les pages de garde bleu foncé)
4ème plat l'affaire Tournesol,
Quick et Flupke séries 3-4-5-6-7

prépublication dans journal Tintin décembre 1954
à février 1956, parution de l'album en 1956

Tintin en Suisse et en Bordurie
>> p. 1 la boucherie Sanzot, le no de téléphone
421 au lieu de 431
>> p. 2 Tintin et Haddock déjà surveillés
par les moustaches de Plekszy-Gladz
>> p. 3 la tempête et le mystère des verres brisés
>> p. 5 apparition de Séraphin Lampion des assurances "Mondass"
et de son oncle Anatole
>> p. 6 Haddock est bien assuré sauf contre les assurances,
la victime dans le parc et Lampion qui assure à nouveau
>> p. 10 le mystère du verre brisé perdure
>> p. 12 apparition des deux Dupond(t) en 2 CV,
Tournesol part à Genève à un congrès de physiciens
>> p. 13 la foire à Moulinsart (jolie vignette)
avec un Hergé qui se dessine lui-même
les Dupond(t) enquêtent "botus et mouche cousue, c'est notre denise"
>> p. 14 le laboratoire de Tournesol, l'espion de la Mazedonna
l'adresse de Tournesol à Genève: hôtel Cornavin
>> p. 18 la rencontre manquée de peu dans l'hôtel Cornavin
avec Tournesol, la Swissair existe encore
>> p. 20 en route pour Nyon chez Alfredo Topolino, expert en ultra-son
>> p. 22 la mystérieuse Citroën 15 CV,
le parapluie de Tournesol qui deviendra important,
mais qui pour l'instant cause du grabuge avec Milou
>> p. 25 explications de Topolino agressé par un faux Tournesol
Boris, le domestique de Topolino, originaire de Bordurie
>> p. 26 explosion dans la villa Topolino
n.b. Topolino = nom italien de Mickey Mouse

>> p. 28 arrivée fracassante des deux Dupond(t)
en costume national suisse
la propreté traditionnelle suisse cause un accident (moquerie d'Hergé?)
l'appareil à ultra-son pour briser la matière (= l'arme absolue)
>> p. 30 lutte entre syldaves et bordures pour Tournesol
lutte contre les moustiques, l'enlèvement de Tournesol,
la poursuite fantastique (Nyon, lac Léman, Evian)
n.b. le lac Léman (et non lac de Genève) est mentionné correctement
>> p. 32 SOS police avec Lampion, le reportage d'Haddock
avec un juron approprié:
"bougre de crétin des Alpes à la graisse d'hérisson"
>> p. 36 à la poursuite de Tournesolé mio en Alfa Romeo
et les postillons de Haddock sont à nouveau mis en cause
>> p. 38 la traversée folle d'un village le jour du marché (jolie vignette)
par Arturo Benedetto Giovanni Giuseppe
Pietro Archangelo Alfredo Cartoffoli de Milano
>> p. 39 Tournesol devient Tournedos mais reste introuvable,
juron à l'italienne
Tournesol enlevé par les syldaves est récupéré par les bordures
>> p. 43 en route pour Szohôd (Bordurie),
un entretien téléphonique difficile
>> p. 45 la séquence avec le sparadrap
qui durera de la page 27 à la page 49
>> p. 47 arrivée à l'hôtel Sznôrr de Szohôd
salutationné pour le héros lunaire par Amaïh Plekzsy-Gladz
Tintin et Haddock sont surveillés par les agents Kronick et Himmerszeck
>> p. 48 arrivée de la Castafiore
>> p. 49 Tintin tire les vers du nez des deux agents bordures
grâce au champagne,
le colonel Sponsz, chef de la police secrète Zep
Tintin et Haddock réussissent à fausser compagnie à leurs gardiens
>> p. 51 la démonstration de l'arme à ultra-son
>> p. 53 rencontre avec la Castafiore, Irmââ la camériste de la Castafiore
à noter: E.-P. Jacobs dessiné en Faust et
p. 54 l'affiche qui mentionne Castafiore et Jacobini
Sponsz présente ses hommages à médème et lui révèle
que Tournesol est interné à la forteresse de Bakhine
jusqu'à ce qu'il livre les plans de l'arme à ultra-son,
caché chez la Castafiore, Tintin dérobe l'ordre de libération
dans le manteau de Sponsz
>> p. 56 fuite avec Tournesol, début d'une deuxième poursuite
fanstastique en s'emparant d'un char blindé bordure
>> p. 59 Tournesol inquiet pour ses plans cachés
dans son parapluie resté à Genève,
entretemps rien n'arrête la marche du char
>> p. 60 arrivée à la frontière (probablement autrichienne ou italienne)
>> p. 61 retour à Moulinsart où la famille Lampion s'est installée
mais la scarlatine arrangera la situation
>> p. 62 Tournesol détruit ses plans pour le bienfait de l'humanité,
départ de la famille Lampion in corpore
observé par Milou et le chat de Moulinsart réconciliés

>> seul album où Tintin et Haddock font une visite en Suisse
- l'action dans l'aventure est toujours de la partie
avec quelques brins d'humour, toutefois l'humour devient
un peu lourd avec l'apparition de Séraphin Lampion
- l'actualité est de rigueur avec espionnage, guerre froide
avec les moustaches de Plekzy-Gladz, l'invention d'une arme absolue)
et après les albums lunaires, la Syldavie est à nouveau à l'honneur

- comme le titre l'indique, Tournesol est avec son fameux parapluie
le thème principal de l'histoire, collaboration entre Hergé
et Jacques Martin pour l'élaboration de l'album

>> état TBE pour cet album, 1er et 4ème plat légèrement frottés,
dos rouge et intérieur en parfait état
côte BDM en BE Euros 450.-

annexes
- 1er et 4ème plat de l'album
- 5 cases mémorables


information
- publié en 1956, L’affaire Tournesol voit la réapparition
de la rivalité Syldavie-Bordurie
cette fois-ci, elle incarne l’opposition des blocs communiste
et capitaliste, alors en pleine guerre froide
(certains voient en Plekszy-Gladz une caricature de Staline),
néanmoins, beaucoup d’exégètes de Tintin voient plutôt
dans les bordures une caricature des nazis:
les uniformes ressemblant beaucoup aux uniformes SS,
le salut "amaïh Pleksy-Gladz" comme évocation du "Heil Hitler"
de plus, la future collaboration de Spontz
avec une dictature militaire sud-américaine, dans Tintin et les Picaros,
évoque les anciens nazis réfugiés en Amérique du Sud après la guerre
et souvent recyclés pour organiser leurs polices secrètes,
Hergé s'est probablement inspiré des deux extrêmes

- cet album est aussi considéré comme le chef-d’œuvre technique
d'Hergé, on remarquera le magnifique graphisme de toute
la partie "bordure" de l’album avec l’omniprésence
de la forme stylisée d’une moustache en guidon,
probablement celle du chef de l’état Plekszy-Gladz,
dictateur qui ressemble étrangement à Joseph Staline
les uniformes, la décoration, les bâtiments officiels,
les pare-chocs des véhicules, etc.,
comportent tous cette moustache, au demeurant
élément habituel du stéréotype du dictateur

- l’expression "par les moustaches de Plekszy-Gladz"
est d’ailleurs le juron bordurien par excellence
- l’affaire Tournesol est un album marqué par son hyperréalisme,
par exemple, plutôt que de s’informer à l’aide
de revues, journaux, livres, etc, Hergé a profité
de ses nombreux séjours dans la région
pour dessiner la route menant à Nyon
- l’amplification par ultrasons que met au point
le professeur Tournesol est librement inspirée
des recherches conduites sous le IIIe Reich
par les services du ministère de l’armement d’Albert Speer,
ces travaux visaient à construire des projecteurs paraboliques
capables d’amplifier grandement le son,
ces appareils, dont certains furent assemblés,
étaient censés tuer un homme en 30 secondes,
toutefois ce programme ne dépassa pas le stade expérimental

à la page 23 de la BD, on peut voir en gros plan
l’ouvrage réel dont s’est inspiré Hergé:
German Research in World War II,
du colonel américain Leslie E. Simon
- à partir du no 371 du journal de Tintin (édition française),
l'affaire Tournesol n'est plus en 4eme de couverture,
mais sur deux pages au centre du journal, chaque épisode
qui se déroule sur 2 pages est réduit dans l'album à une page,
il y a des suppressions de cases, et assez souvent des cases
sont réduites de format pour se superposer dans l'album,
parfois aussi les scènes sont raccourcies

anecdotes:
- cet album est le seul dont une partie se déroule en Suisse
on y voit, par exemple, la gare Cornavin de Genève
(bien que l’intérieur de la gare soit celui
de la gare de Lausanne, et non de Genève)
ainsi que l’hôtel Cornavin où l’on retrouve actuellement
des statues de Tintin et Milou dans l’entrée
- la maison du professeur Topolino à l’adresse,
route de Saint-Cergue, à Nyon existe toujours
mais elle porte le numéro 113 et non 57bis,
en Suisse, cette maison est simplement appelée "maison de Tintin"
-dans cet album, Hergé s’est représenté sur la vignette
figurant la grille de Moulinsart assaillie de curieux,
après les étranges phénomènes qui ouvrent l’histoire (page 13),
il est dessiné cigarette à la bouche en journaliste, interviewant un témoin,
Hergé fait également un clin d’œil à Edgar P. Jacobs
(qui avait débuté comme figurant et chanteur d’opéra)
en le représentant comme un acteur dans la planche p. 53
et sur l'affiche derrière le colonel Sponsz, sous le nom de Jacobini,
Edgar P. Jacobs avait, à ses débuts, collaboré avec Hergé

- alors qu’ils se trouvent à Nyon, les héros traversent le lac Léman,
ils se trouvent alors en Haute-Savoie, d'abord au Port de Sciez
(Bonnatrait), puis à Cervens et enfin Bons-en-Chablais
- le vol de Tintin et Haddock pour Szohôd est le lieu de la scène
mémorable où le capitaine Haddock tente de se débarrasser
d'un sparadrap, Hergé reprend très brièvement le gag
dans l'album ultérieur Vol 714 pour Sydney page 33
- la scène se passant à l'opéra où Tintin et le capitaine Haddock
rencontrent la Castafiore n'est pas sans rappeler une scène
du film la grande vadrouille de Gérard Oury;
dans le film de 1966, comme dans la bande-dessinée d'Hergé,
des individus sont obligés de se cacher dans un opéra
pour échapper à des militaires
- lorsque Tintin et les autres s’enfuient en char (page 60),
Haddock se tourne vers Tournesol pour lui dire
"sauvés, Tryphon!", mais la bulle est orientée vers Tournesol,
cette erreur n'est pas présente dans la version
parue dans le journal de Tintin, no 387
- Haddock porte un numéro de L'Écho illustré sous son bras
- cet album est celui de la première apparition
du personnage de Séraphin Lampion,
il est aussi le premier mettant en scène le gag récurrent
du faux-numéro de la boucherie Sanzot
- les titres de travail de cet album incluaient notamment:
le cas Tournesol, Tryphon, la galère de Tournesol,
bling blang pour Tintin et il y a un espion à Moulinsart

- cet album fut adapté dans une série animée de 1964,
c'est le dernier épisode de la série au Royaume-Uni,
et seulement en anglais, cet épisode, alors présenté
par la télévision anglaise comme un film à part entière,
est sorti en VHS dans les années 1980, puis en DVD
au début des années 2000

à l’occasion du centenaire de la naissance d’Hergé,
les éditions Casterman se sont associées
à l’association Aliance culturèla arpitana pour adapter
l’affaire Tournesol dans la langue originelle des régions
où l’action de l’album se déroule, l'arpitan (ou francoprovençal),
l’album ainsi traduit s’intitule l’afére Pecârd,
en effet, le professeur Tournesol se voit transformé en Pecârd,
du nom du savant vaudois Auguste Piccard qui servit de modèle à Hergé;
Tintin parle en arpitan savoyard alors que les personnages
du canton de Vaud communiquent en patois vaudois,
le capitaine Haddock, quant à lui, jure en patois lyonnais-forézien
ainsi, le château de Moulinsart se trouve "téléporté"
dans les monts du Lyonnais;
la traduction a été opérée en orthographe de référence, standardisée

par rapport à la version originale, il faut noter quelques adaptations,
notamment lorsque Tintin et Haddock survolent le Léman en hélicoptère:
ils ne vont plus vers la France mais vers la Savoie

l’album a été présenté officiellement à Nyon en mars 2007,
au musée des sapeurs-pompiers et à la bibliothèque
du village de Cervens, deux communes réelles
qui servent de décors à l’histoire

l’afére Tournesol est le nom de la traduction
en patois gruérien de l'affaire Tournesol, elle a été éditée en 2007
à l’occasion du centenaire de la naissance d’Hergé,
la traduction est l’œuvre de Joseph Comba,
président de la Société des Patoisans de la Gruyère

nota bene
à la suite de l'explosion de la maison du professeur Topolino,
le capitaine Haddock, blessé, se retrouve affublé
de plusieurs sparadraps, dont un sur l'arête du nez,
c'est l'amorce du plus long running gag
(plaisanterie récurrente, en français) de l'œuvre d'Hergé,
non seulement, en page 45, le petit sparadrap voyage
dans pas moins de 17 cases (au total, la page en compte 24 !),
mais il réapparaît à la page 46 (8 cases),
après son épopée suisse, le vaillant bout de tissu collant
est transféré en Bordurie, à la page 47 (4 cases),
avant de ressurgir une dernière fois, en page 49

à leur arrivée dans Szohôd (une déformation du bruxellois
"zo-ot" = fou, dingue), capitale de la Bordurie,
Tintin et Haddock sont logés à l'hôtel Sznôrr,
les lecteurs flamands et hollandais savent que "snor"
désigne une moustache,
- la ville de Szohôd, est jalonnée de moustaches:
statues, calandres des voitures officielles, etc,
toutes, évocatrices du dictateur bordure, Pleksy-Gladz,
il s'agit d'une allusion très claire au dirigeant soviétique,
Iossif Dougachvili, dit Staline
(en russe: "l'homme d'acier"), qui vécut de 1879 à 1953,
en page 47 de l'affaire Tournesol, l'attitude d'une statue
de Pleksy-Gladz semble sortie de l'imagerie officielle de Staline


couvertures:
Copyright 2008 - 2023 G. Rudolf