tome22, vol 714 pour Sydney

série: Tintin, albums EO
dessinateur / scénariste: Hergé
éditeur: Casterman EO 1969
genre: Aventure
classement: biblio1
date: 1969
format: cartonné
état: TBE
valeur: 20 €
critère: ***
remarques: album couleur avec titre sur le dos rouge, B38bis, 1969
prépublication dans journal Tintin du 27.9.1966 au 28.11.1967
1968 = première publication en album

l'action se déroule presque entièrement
en Indonésie aux îles de la Sonde
n.b. le vol 714 de Quantas pour Sydney depuis Londres via Djakarta,
mais Tintin n'arrivera jamais à Sydney et l'Australie restera
le seul continent à ne pas être visité par Tintin


>> p. 1 le vol 714 Quantas avec boeing 707
à l'arrivée, Tintin tient pour la première fois Milou en laisse
>> p. 2 un généreux Haddock envers le petit vieux de l'aéroport
réapparition de Szut, devenu pilote privé du milliardaire Laszlo Carreidas,
l'homme qui-ne-rit-jamais avec Paolo Colombani = co-pilote
>> p. 4 rencontre avec Carreidas qui subitement
est pris de fou-rire à cause de Tournesol
apparition de Spalding, secrétaire de Carreidas
>> p. 6 le mystérieux coup de téléphone par Spalding
>> p. 7 la démonstration de lutte-savate par Tournesol,
traité à nouveau mais prudemment de zouave par Haddock
le Sani-Cola, boisson à la chlorophylle mais très néfaste
pour les plantes, Gino, le steward napolitain du commandatore,
Hans Roehm le radio-navigateur
>> p. 9 Carreidas se paye une nouvelle tranche de rire
tandis que l'oiseau vole vers sa cage
>> p. 10 le jeu du combat naval triché
>> p. 13 le détournement de l'avion Carreidas 160,
un avion super-moderne, genre Concorde
>> p. 16/17 atterrissage risqué sur l'île de Pulau-Pulau
>> p. 19 retrouvailles avec Rastapopoulos et Allan Thompson,
pseudo-mort de Milou qui échappe aux balles des pirates de l'air
>> p. 20 prisonniers de Rastapopoulos, le sérum de vérité
du dr. Krollspell qui doit faire révéler à Carreidas
le no de son compte bancaire en Suisse
>> p. 23 Tintin pleure pour la troisième fois (à cause de Milou)
>> p. 24 mais l'injection du sérum n'a pas l'effet souhaité et
Carreidas soulage sa conscience en affirmant être un génie du mal
>> p. 26 Milou, retrouvé, délivre Tintin de ses liens
>> p. 27 Carreidas est traité de zouave par Haddock
>> p. 31 Rastapopoulos, malencontreusement piqué du sérum de vérité
fait la concurrence du mal avec Carreidas et dévoile ses projets
>> p. 33 Tintin réussit à capturer Rastapopoulos
et à délivrer Carreidas qui ne pense qu'à son chapeau
>> p. 37 mais Rastapopoulos réussit à s'évader
>> p. 38 une voix parle intérieurement à Tintin
et lui révèle l'entrée d'un souterrain
>> p. 41 la caverne porte des inscriptions de tendance extra-terrestre,
des tremblements souterrains font peur aux pirates indigènes
>> p. 42 le pif du nasique similaire à celui de Rastapopoulos
>> p. 43 le passage secret dans la statue
qui ressemble à un extra-terrestre
>> p. 45 rencontre avec Mik Ezdanitoff et son transmetteur de pensée;
Ezdanitoff est un initié et agent de liaison
entre la terre et les extra-terrestres
>> p. 46 Carreidas hypnotisé par Ezdanitoff pour qu'il se calme
>> p. 47 la théorie des extra-terrestres selon Ezdanitoff
>> p. 48 Rastapopoulos et Allan découvrent le passage secret
et le font sauter à la dynamite, la colère de Rastapopoulos et
>> p. 49 et la colère de Tournesol
>> p. 50 des tremblements de terre se déclanchent
>> p. 51 Allan Thompson, ayant perdu son dentier,
a des difficultés pour articuler correctement
>> p. 53 une coulée de lave qui menace Tintin et ses amis
>> p. 56 enfin le bon petit air pur du petit bon dieu (Haddock dixit)
>> p. 58 sauvé par un vaisseau spatial mais auparavant les naufragés
sont mis sous hypnose pour ne se rappeler de rien
>> p. 59 réfugiés sur un canot pneumatique,
les naufragés sont récupérés par la marine australienne
>> p. 60 Tintin, Haddock et compagnie passent à la télévision
observés par Séraphin Lampion qui traite Tournesol de tourne-disque
et Tintin de riquet à la houppe
>> p. 61 mais Tournesol a ramené un objet dont la matière
n'existe pas sur terre, toutefois personne ne se rappelle
de quoique ce soit, sauf Milou qui ne peut
malheureusement rien raconter
>> p. 62 retour à la case départ au vol 714 pour Sydney
avec Haddock qui a sous le bras un exemplaire du journal Le Soir
>> un album bien conçu (graphisme, scénario et texte)
pour finir plutôt bien cet avant-dernier album
(Tintin et les picaros sera de bien moindre qualité)
un scénario plutôt d'actualité, détournement d'avion,
mais bien développé avec problèmes parapsychologiques
(télépathie, hypnose) et surtout pour la première fois,
Hergé aborde la question des extra-terrestres
similitudes avec
- Mik Ezdanitoff et Jacques Bergier (le matin des magiciens)
- Carreidas et Douglas, le constructeur d'avions
n.b. Carreidas (carré d'as) ne donnant pas non plus
une poignée de mains pour raison hygiénique
- toutefois une fin sans grande originalité, retour au vol 714
pour Sydney, mais on ne verra pas Tintin arriver à Sydney

annexes
- 1er et 4ème plat de l'album
- les cases mémorables


Information
Vol 714 pour Sydney est le 22e album de bande dessinée
de la série sur les aventures de Tintin (1968), avec Objectif Lune,
on a marché sur la Lune, l'affaire Tournesol et l'étoile mystérieuse,
Vol 714 pour Sydney est l’un des albums de Tintin
qui relève de la science-fiction,
c’est sans doute celui qui va le plus loin dans le genre
(les deux albums lunaires sont davantage proches
de la prospective ou de l’anticipation traditionnelle
alors que l'affaire Tournesol entre presque
dans le genre des romans d’espionnage)

après l’intermède des bijoux de la Castafiore,
Hergé renoue avec une aventure classique
avec en toile de fond un îlot volcanique au bout du monde,
il décide de faire intervenir des éléments surnaturels
qui se combinent au vieux thème de la civilisation perdue,
le climat y est particulièrement angoissant
l’histoire est enrichie par deux personnages secondaires:
Mik Ezdanitoff et Laszlo Carreidas.
le Carreidas 160 est un avion triréacteur d’affaires
pour quatre hommes d'équipage et dix passagers,
à 12 000 mètres d'altitude, sa vitesse est de mach 2
ses turbo-réacteurs Rolls-Royce Turbomeca
totalisent 8'400 kilos de poussée,
sa voilure est à géométrie variable genre Concorde

c'est à la demande d'Hergé que Roger Leloup,
à l’époque collaborateur aux Studios Hergé
et futur créateur du personnage de Yoko Tsuno, conçoit l'appareil.
ses premiers projets sont inspirés
des jets américains Learjet, Jetstar et Gulfstream;
la visite d’un spécialiste de l’aviation qui prétendait que l’avenir reposait
sur la géométrie variable des ailes, influença Hergé
qui suggère à Leloup d'insérer cette solution dans son projet,
la voilure à géométrie variable du Carreidas 160 présente
la même solution pour voler à Mach 2 que le Mirage G4
qui effectue son premier vol en 1966
dans l'album, l'appareil est présent dans près du tiers des planches
un dessin de Roger Leloup du Carreidas 160 en vue éclatée
a été publié dans le journal Tintin en 1967

- Hergé s'emploie à ridiculiser les personnages des méchants,
Rastapopoulos et Allan, qui apparaissent, l'un comme un être grotesque
et immature, l'autre comme un sous-fifre peu éveillé
Hergé déclara à ce sujet: "en cours de récit, je me suis rendu compte
qu'en définitive, Rastapopoulos et Allan n'étaient que de pauvres types,
j'ai découvert ça après avoir habillé Rastapopoulos en cow-boy de luxe:
il m'est apparu tellement grotesque, accoutré de cette façon,
qu'il a cessé de m'en imposer
les méchants ont été démystifiés: en définitive,
ils sont surtout ridicules, pitoyables, d'ailleurs, ainsi
déboulonnés, ces affreux paraissent un peu plus sympathiques:
"ce sont des forbans, mais de pauvres forbans" dixit Hergé

le vol 714 pour Sydney du titre ne joue en fait aucun rôle dans l'action:
c'est la référence du vol que Tintin, Haddock et Tournesol
auraient dû prendre au début de l'histoire
(mais n'ont pas pris par suite de la rencontre avec Carreidas)
et qu'ils vont prendre une fois le livre fini, pour se rendre
au congrès d'aéronautique prévu au début

malgré de très nombreuses demandes de ses admirateurs,
Hergé s’est longtemps refusé à représenter
l’un d’eux dans une aventure de Tintin,
Vol 714 pour Sydney fait exception à cette règle
en effet, Hergé, touché par une lettre d’un lecteur
nommé Jean Tauré, a accepté de représenter ce dernier
sous les traits du journaliste qui interroge Tintin
et ses compagnons à la fin de l’album
n.b. Hergé l'avait déjà fait avec Jean-Loup de la Batellerie
dans les bijoux de la Castafiore
- pour composer le personnage de Lazlo Carreidas,
Hergé s’est librement inspiré de Marcel Dassault,
outre le rapport aux avions, le personnage de Hergé
a en commun avec son modèle une allure
qui ne laisse pas deviner de prime abord
sa nature de pilier du monde des affaires

- Mik Ezdanitoff, de la revue Comète, est quant à lui
inspiré de Jacques Bergier, de la revue Planète
Hergé disait à son sujet "j'aime bien dérouter,
Ezdanitoff lui aussi est déroutant" et Jacques Bergier
a été ravi de se voir ainsi croquer dans le rôle de l'initié:
il figure maintenant dans une bande dessinée l'étonnant Bergier

la présence d'un temple extraterrestre sur l'île où Tintin est prisonnier
peut faire penser à la théorie des anciens astronautes, Hergé s'inspire
d'une photo d'une tête colossale olmèque qui se trouve en couverture
d'un ouvrage de Robert Charroux pour figurer
sa tête de cosmonaute dans le temple souterrain

- cet album marque la dernière confrontation entre Tintin
et Rastapopoulos, du moins dans la série officielle
en effet, Hergé avait envisagé de le faire revenir,
sous les traits du faux mage Endaddine Akkas,
dans l’album inachevé Tintin et l'Alph-Art;
en outre, Tintin l’affronte à nouveau dans le dessin animé
Tintin et le lac aux requins.
avec Tintin au Tibet, cet album estle seul
où Dupond et Dupont n'apparaissent pas depuis
leur introduction dans les cigares du pharaon.

- vol 714 pour Sydney (1968), c'est le voyage interrompu,
le détournement qui bouleverse tout,
l'incursion de Tintin et de ses compagnons dans l'inconnu,
dans un monde irréel animé par des phénomènes télépathiques,
c'est le contact incroyable avec des extra-terrestres et la sortie d'un rêve...

- une rencontre subite avec une vieille connaissance (Szut)
conduit Tintin et ses amis à répondre favorablement à l'invitation
du célèbre milliardaire Laszlo Carreidas (l'homme-qui-ne-rit- jamais)
et à embarquer sur son triréacteur "le Carreidas 160"
ils seront malgré eux les témoins de l'enlèvement du milliardaire.
l'un construit des avions, l'autre aussi.
l'un a la réputation de ne jamais rire, l'autre aussi.
l'un porte chapeau, écharpe et lunettes, l'autre aussi.
vous l'aurez compris: entre Laszlo Carreidas et Marcel Dassault,
il y a manifestement quelque ressemblance, ce qu'Hergé
aurait sans doute admis si on l'avait interrogé à ce propos...

méfiez-vous du Sanicola
c'est un des plus beaux gags de l'album, il a la particularité
de se développer de manière discontinue sur trois pages,
le clou en est la découverte, par le capitaine Haddock,
des effets surprenants que produit sur les plantes vertes
le Sani-Cola, un soda à la chlorophylle fabriqué
par Laszlo Carreidas

- la poursuite de leurs prisonniers, qui viennent de leur échapper,
Rastapopoulos et Allan se retrouvent tout à coup face à un nasique.
un singe de grande taille doté d'un nez particulièrement imposant
que le dit nez rappelle à Allan celui de quelqu'un est une chose.
mais que le dit quelqu'un soit précisément Rastapopoulos en est une autre

Rrouler les R
dernier homme de science à avoir croisé la route de Tintin et de ses amis,
Mik Ezdanitoff doit ses connaissances en matière de télépathie et d'hypnose
aux relations privilégiées qu'il entretient avec les extra-terrestres.
cet étrange savant fut inspiré à Hergé par Jacques Bergier,
éminent spécialiste des phénomènes paranormaux
qui anima, avec Louis Pauwels, la revue et l'encyclopédie Planète.

- dans Vol 714 pour Sydney, Hergé a entrepris
de démythifier l'aventure avec un grand A, ce sont surtout
les "mauvais" qui, en apparaissant plus ridicules que méchants,
font les frais de l'opération, un exemple parmi d'autres:
la scène au cours de laquelle Rastapopoulos,
tout dépenaillé et bosselé, pique une colère
quand, faute de dentier, Allan se met à zézayer
comme ce n'est pas permis
couvertures:
Copyright 2008 - 2023 G. Rudolf