Hergé et Tintin reporters

série: Tintin, étude
dessinateur / scénariste: Goddin Philippe
éditeur: Lombard EO 1986
genre: Etude
classement: biblio1
date: 1986
format: cartonné
état: TBE
valeur: 35 €
critère: ***
remarques: titre complet: Hergé et Tintin reporters,
du Petit XXème au journal Tintin,
Lombard EO 1986, 255 pages

préface de Raymond Leblanc, éditeur-directeur
des éditions Lombard et remerciements à Georges Dargaud
qui fut son fidèle associé durant 25 ans

1) les aventures de Renard Curieux, CP des écureuils
- dans le Boy-Scout belge (1924) dans lequel Hergé signe déjà
avec les initiales interverties de son nom
- les toutes premières aventures d'Hergé:
Renard Curieux, chef de patrouille (CP)
- en 1925 à 18 ans, Hergé finit ses études
et entre au Petit Vingtième

les aventures d'Hergé
1) Moi, Tintin
- 1928 Hergé illustre dans le Petit XXème
les aventures de Flup, Nénesse, Poussette et Cochonnet
ainsi que Totor, CP des hannetons, mais avec texte sous image
- toutefois en 1929 avec les aventures de Tintin, Hergé réinvente
la bande dessinée en adoptant la méthode Saint-Ogan
et en copiant quelque peu les comic strips
qui font déjà sensation dans les journeaux américains
>> p. 26 n.b. c'est Léon Degrelle, alors jeune correspondant
du XXème siècle en Amérique vers 1926
qui fait parvenir les publications américaines à Bruxelles
- ce sera Tintin au pays des soviets dans lequel Hergé
inaugure sa bande dessinée avec bulles dans l'image,
une figuration narrative qui intègre le dialogue
dans l'image grâce au phylactère

- Hergé et Tintin sont devenus inséparables
et Tintin est déjà devenu un personange autonome
- les leçons de Saint-Ogan, qui fut en quelque sorte
le maître d'Hergé, mais l'élève dépassera le maître!
et les aventures de Zig et Puce continueront en 1963
dans le journal Tintin, dessinées par Greg,
alors rédacteur en chef du journal
- en 1930/1931, le succès de Tintin est confirmé
de par la réception enthousiaste que lui réserve ses lecteurs
en gare de Bruxelles au retour de ses premières aventures
- les qualités du dessin d'Hergé: simplicité,
clarté de la présentation, maîtrise et efficacité du graphisme
>> p. 36 Tintin qui fait la publicité pour les albums Casterman (1945)
- les premiers voyages d'Hergé et Tintin sera là
où Hergé n'ira pas de si tôt
>> p. 41 la carte de l'Orient pour Tintin globe-trotter (1932)
- et Tintin découvrira la Chine avec l'ami Tchang en 1934
- le vent et l'os: le vent de l'imagination et l'os de la fermeté graphique
à noter: p. 45/46 les nombreuses photos du "Patriote illustré"
(1925-1939) dont Hergé s'inspirera en partie

- création de l'Atelier Hergé en 1930 pour les produits de publicité
(p. 48/49 images publicitaires)
que la constitution des studios Hergé en 1950 prendra le relais
- tout au long de sa carrière, Hergé a pris plaisir
à introduire dans ses récits quelques familiers
(dont surtout son épouse Germaine, Jacobs et Melkebeke
ainsi que lui-même dont la première apparition
remonte à Tintin au Congo couleur, mais ce sera dans les exploits
de Quick et Flupke qu'Hergé s'est representé le plus souvent

- 1944 avec l'arrivée de Jacobs, Hergé remanie les aventures de Tintin
pour les intégrer dans des albums couleur de 62 pages,
1946 lancement du journal Tintin

- au pays de l'or noir (mai 1940) sera la dernière aventure inachevée
publiée dans le Petit XXème qui cesse de paraître,
les aventures de Tintin reprennent dans le périodique Le Soir
dès octobre 1940 avec le crabe aux pinces d'or,
récit un peu plus éloigné des évènements en cours
que le pays de l'or noir
- Le Soir, contrôlé par l'occupant, sera un des rares organes
de presse autorisés à paraître, ile sera surnommé "Le Soir volé"
- dans ce journal, Hergé publiera la plupart de ses récits
sous forme de strips en bas de page
(au début dans Le Soir Jeunesse qui disparaît en été 1941
par suite de restriction de papier)
- ce seront le crabe aux pinces d'or, l'étoile mystérieuse
(première parution en album couleur 1942),
le secret de la licorne et le trésor de Rackham le Rouge
ainsi que la première partie (presque complète) des sept boules
de cristal interrompue à la libération en septembre 1944

>> p. 67 discussion sur l'accusation contre Hergé d'avoir été
un collaborateur, Hergé s'en tirera sans grand mal,
mais il en gardera un souvenir amer
et puisqu'il semble exclu provisoirement de mener Tintin
dans de nouvelles aventures, Hergé poursuit avec Jacobs
la refonte en albums de précédents épisodes avec Tintin

- en juin 1946, l'équipe du journal Tintin, qui paraîtra en septembre,
est déjà formée avec Hergé, Cuvelier, Laudy et Jacobs,
Melkebeke en est le rédacteur et Hergé, le directeur artistique
et Tintin parait au premier numéro avec une double page couleur
pour une nouvelle aventure intitulée "le temple du soleil"
(et la suite des 7 boules de cristal reprendra
sous le titre du temple du soleil)
n.b. toutefois de nombreuses vignettes parues le journal,
ne seront plus maintenues dans l'album

>> p. 73 le témoignage de Raymond Leblanc,
éditeur du journal Tintin et des éditions Lombard
sur la parution du journal de Tintin qui avait alors quand même
quelques concurrents sur le marché belge
(Spirou, Bravo, Story, Will, etc)
>> p. 77 la pseudo-histoire de la clysopompe
(instrument servant à administrer des lavements)
>> p. 78/79 une planche représentative du temple du soleil
comme parue dans le journal Tintin

- le journal Tintin ainsi que les récits autres que Tintin
(les albums Tintin étaient édités par Casterman)
furent confiées à l'imprimeur Van Cortenbergh, l'un des seuls
em Belgique à travailler en héliogravure sur presses rotatives,
une technique de pointe pour l'époque
- le journal Tintin à sa parution connut un succès immédiat
(3 jours après le tirage de 60'000 exemplaires,
on ne pouvait déjà plus se procurer le premier numéro)
toutefois l'éditeur restait attentif à respecter les critères de moralité

3) Tintin et Moi
- la position de Cuvelier - qui admirait beaucoup le dessin d'Hergé -
dans le journal de Tintin,
Hergé considérait lui que Cuvelier avait un talent extraordinaire
- en plus de Corentin, Hergé et Jacobs proposent un scénario à Cuvelier
qui dessina l'épisode peu connu du canyon mystérieux,
mais qui n'eut pas de suite et l'artiste qu'était Cuvelier quitta
plus tard la bande dessinée pour se consacrer à la peinture

- à la suite du temple du soleil, Hergé reprend le récit
de Tintin au pays de l'or noir dont la reprise sera pour Hergé
à la fois simple et compliquée
(Haddock et Tournesol n'existant pas encore en 1939)
>> p. 92/93 les planches inachevées en mai 1940 inédites à ce jour
et qui seront modifiées en 1949 ainsi que vingt ans plus tard
>> p. 95 malgré son succès, le journal Tintin eut malgré tout
quelques ennemis dont Melkebeke en subira les effets,
il dut céder son poste à André Fernez
- par contre un nouveau dessinateur rejoint l'équipe:
Etienne Le Rallic malgré quelque réticence d'Hergé
- et durant 20 ans, les anniversaires du journal Tintin
se déroulèrent à l'auberge du chevalier à Beersel
>> p. 96 l'équipe du journal Tintin en 1966
(Hergé, Leblanc, Aidans, Duchâteau, Weinberg, Cuvelier,
Fred Funcken, Jacobs, Vance, Craenhals, Graton, Berck,
Greg, Liliane Funcken, Mitteï, Géri, Tibet, Attanasio,
Bob de Moor, Reding et Jacques Martin)

- 1950, l'état de santé d'Hergé s'aggrave et le récit
"on a marché sur la lune" est interrompu pour plusieurs mois,
ses héros l'on fatigué! Hergé doit maintenant mettre en place
une structure de travail plus élaborée,
ce seront les studios Hergé avec un noyau de dessinateurs

- Tintin sur la lune aurait pu être une aventure burlesque,
mais c'est avec le plus grand sérieux
que Hergé aborde le sujet en se documentant sur les points
les plus divers de la technologie d'après-guerre
- en 1950-1952, commence l'épisode intitulé "on a marché sur la lune"
en prépublication dans le journal, mais le récit sera scindé
en deux épisodes pour la parution en albums
>> p. 102/103 les deux planches prévues pour la parution
dans le journal Tintin qui prévoyaient un développement
de l'histoire aux USA, mais qui furent abandonnées par la suite
>> p. 104/105 à noter l'article paru dans le "Patriote illustré"
(1950) basé sur le film "destination moon"

- début du journal Tintin France le 20.10.1948 en association
avec Dargaud comme distributeur et avec comme héros de lancement,
le général Leclerc par Etienne Le Rallic
et malgré quelques difficultées rencontrées avec Coeurs Vaillants,
qui causèrent un démarrage un peu plus difficile,
trois ans plus tard Tintin France tirait à 300'000 exemplaires!
avec même quelques périodiques produits à l'étranger
>> p. 107 la couverture du journal Tintin égyptien
>> p. 110/111 les séquences inconnues non publiées
dans les albums de Tintin sur la lune

>> p. 112-115, des photos d'Hergé en privé à son domicile
de Ceroux-Mousty dans le Brabant wallon
n.b. Hergé aimait beaucoup les chats

- l'équipe des studios Hergé en 1953 avec les nouveaux:
Bob de Moor, Martin, Leloup, Tibet, Craenhals, Weinberg, Graton,
Vandersteen, Funcken; Evany était alors le chef des studios
- l'équipe abattait un travail considérable mais,
exigeant et méticuleux à l'extrême, Hergé ne faisait pas
la moindre concession au travail stéréotypé et au rendement
- et la méthode de travail d'Hergé deviendra une référence
pour beaucoup de créateurs de bande dessinée
- description de Vandersteen qui publiait alors
deux personnages distincts:
Suske en Wiske (en flamand) et Bob et Bobette (en français)
- Hergé passait pour être intransigeant sur la qualité
et entier sur un certain nombre de principes
mais il n'était pas imperméable à de nouvelles conceptions

- développement des albums Lombard
avec leur propre librairie "le magazin Tintin" et commercialisation
de produits dérivés (début du merchandising Tintin)
- quelques difficultées avec Casterman lors de l'édition
des recueils du journal Tintin (avec les invendus)
>> p. 121 le premier album Lombard:
le secret de l'espadon tome 1 (1950)

- en 1946, commencée en 1944, parution aussi des albums
de la célèbre série "voir et savoir" avec les fameux chromos
(histoire de la marine, de l'aviation, de l'aérostation
= ballons, du chemin de fer et de l'automobile)
- introduction du timbre Tintin copié
sur le succès des points Silva en Suisse

- en 1978, Hergé produit un article intitulé
"comment naît une aventure de Tintin" qui paru peu après
dans l'album "50 ans de travaux fort gais" à tirage limité avant
d'être ensuite intégré dans l'album "le musée imaginaire de Tintin"

- Hergé explique aussi que malgré le travail important des studios,
qu'il avait du plaisir à "faire" du Tintin et c'est bien à lui
que revient l'essentiel du travail, "Tintin c'est moi"
et lui seul décide de la forme définitive de l'histoire
- d'où peut'être son éternel refus de mentionner la signature
(co-signer) de ses collaborateurs sur l'oeuvre de Tintin,
toutefois Hergé n'a jamais affirmé qu'il n'a pas bénéficié
de précieuses complicités, notamment de Jacques Van Melkebeke
et d'autres collaborateurs, surtout pour les décors

>> p. 125/126 l'actualité donnait souvent le fil conducteur
pour le scénario des aventures de Tintin
>> p. 131 par la suite, Hergé travaillait paisiblement, en toute liberté
et aucun délai ne lui fut fixé
>> p. 133 à 145 dissertation sur la technique de dessin par Hergé
(l'ébauche, le synopsis, le découpage, la succession chronologique,
les croquis ou crayonnés, le cadrage, les angles de vue, les corrections,
le calibrage des textes, l'encrage, le coloriage, etc)
ce qui allait former la fameuse ligne claire,
un dessin véritablement expressionniste
>> p. 148/149 exemple de crayonné et synopsis
pour le récit de vol 714 pour Sydney
>> p. 151 Tournesol faisant le zouave (vol 714)

- Tintin au Tibet était l'album préféré d'Hergé de par la beauté
du graphisme et la force d'émotion lié à la quête de la pureté
dont le récit est chargé
- indices aussi de la crise profonde que vivait alors Hergé
>> p. 152 les rares sanglots/larmes de Tintin

>> p. 153 la publicité dans le journal Tintin dont celle
pour le chocolat Côte d'Or effectuée par Cuvelier
- au Lombard, Guy Dessicy, s'occupait de l'agence de publicité Publiart
avec l'utilisation commerciale de l'image de Tintin
- par la suite il y eut les films animés Belvision et le "building Tintin"
>> p. 155 la rencontre d'Hergé avec Tchang (1934)
qui allait donner un nouveau tournant aux aventures de Tintin

la façe cachée de l'astre
- après les années 60, Hergé devient plus réservé
et commence à éviter les manifestations publiques,
sa participation au journal Tintin - bien qu'il reste directeur artistique -
devient aussi plus parcimonieuse
>> p. 157 réflexions sur Hergé par sa première épouse Germaine,
surnommée Hergée qui explique que l'influence de l'abbé Wallez
sur Hergé fut déterminante
- Hergé avait gardé une certaine nostalgie du scoutisme,
du camping et de la nature, il pouvait être spirituel
et avait beaucoup d'esprit d'à-propos (à tout propos)
- Hergé faisait de nombreux croquis de sa première femme,
mais par la suite commencèrent quelques problèmes conjugaux

- 1959 premier livre d'étude sur Hergé/Tintin
par Pol Vandromme "le monde de Tintin"
- le petit monde de Tintin: dans les studios,
il y avait de nombreux objets rappelant les aventures de Tintin
(maquettes, albums, produits commerciaux, affiches,
portraits, statuettes, figurines, etc) comment dès lors
s'empêcher de croire à la réalité du monde de Tintin
>> p. 162 les deux pièces de théâtre avec Tintin (1941):
le mystère du diamant bleu et Monsieur Boullock a disparu
- il y eut aussi les films fixes, permettant de projeter, en suivant
leur succession, les vignettes de divers épisodes (années 30)
- puis apparaissent en 1956 les films de dessin animé,
court métrage, de Belvision et enfin en 1960
le premier film d'acteurs: "le mystère de la toison d'or"
avec Georges Wilson et Jean-Pierre Talbot
>> p. 167 interview avec Jean-Pierre Talbot

- en 1969 premier film dessin animé de long métrage:
le temple du soleil

- en dessin animé tout ce qui a été entrepris jusqu'ici
à propos de Tintin l'a été avec des moyens réduits, les diverses
adaptations ont été principalement réalisées pour la télévision
- un découpage trop libre par rapport aux albums
et un esprit quelque peu burlesque ont sans doute empêché
le public de retrouver un personnage qui lui était familier
>> p. 168 en tout cas, le dessin animé n'apporte strictement
rien de plus à Tintin que ce qu'Hergé y a mis, car,
si Mickey Mouse était un personnage de dessin animé
avant de s'adapter aux comic strips,
Tintin est essentiellement un héros de papier
- son animation appartient exclusivement au génie de son créateur,
elle tient à tout autre chose qu'à une démarche
cinétique hésitante: au miraculeux pouvoir de suggestion du trait

4) Tintin, c'est moi
- depuis plusieurs années, le rythme de parution
des albums Tintin s'est ralenti,
Hergé a dépassé la soixantaine et a pris goût aux voyages,
alors que l'un des derniers albums "les bijoux de la Castafiore"
a marqué une halte dans la course de Tintin autour du monde
- Hergé visite l'Europe, notamment l'Angleterre,
la Suisse et l'Italie
- en 1971, il se rend aux Etats-Unis et visite la tribu des Sioux
- en 1973, il est à Taïwan répondant à l'invitation
de madame Tchang-Kaï-Chek

- 1975, Hergé accorde un interview à Numa Sadoul et la même année
un film documentaire long métrage, Moi, Tintin, est réalisé
- en 1976 commence le nouvel épisode de Tintin et les picaros
avec un Tintin qui a échangé ses pantalons-golf
contre des jeans (une erreur reconnue par Hergé)

>> p. 175 description du "building Tintin"
construit en 1958 Avenue Paul-Henri Spaak
qui remplace les bureaux du 55 de la rue du Lombard,
avec sur le toit de l'immeuble une gigantesque
enseigne rotative illuminée de Tintin et Milou
- ce building contient maintenant la librairie Tintin,
la rédaction du journal Tintin, le merchandising,
les studios Belvision, les archives et autres bureaux
n.b. Line (le journal des chics filles) se voulait être
le magazine-soeur de Tintin, ce ne fut pas une expérience
concluante dans laquelle d'ailleurs Hergé ne participa pas et
le titre fut cédé à Filipacchi qui en fit "Mademoiselle Age Tendre"

- 1975 inauguration de la statue Tintin dans le parc
de Wolvendael à Uccle, commune de Bruxelles,
statue effectuée par le sculpteur Neujean
n.b. Bruxelles possède aussi les statues
de Tyl Uylenspiegel et de Peter Pan

- Tintin figure maintenant au volume X du Grand Larousse Illustré
en tant que personnage de la littérature enfantine
mais on n'y trouve aucune mention sur la bande dessinée
et pas plus d'article sur Hergé ou Rémi Georges,
omission qui sera toutefois rétablie
dans la nouvelle édition du Petit Larousse (1984)

- 1953 déjà, début de la commercialisation
des figurines en vinyle des personnages d'Hergé
- au début des années 60, Hergé s'adonne à la peinture:
art contemporain et art abstrait ainsi qu'au pop-art (Roy Lichtenstein),
inspiré peut'être des comic strips
et en 1972, Hergé rencontre Andy Warhol, célèbre
par ses portraits de célébrités et qui fera le portrait d'Hergé

taux d'intérêt décroissant
- en 1946, l'engagement d'Hergé dans l'aventure du journal Tintin
était total (temple du soleil, voir et savoir, etc)
mais Hergé avait aussi des périodes de dépression et c'est alors
que Raymond Leblanc lui proposa de composer une équipe
de dessinateurs pour le seconder, toutefois Hergé ne voulait
pas du tout imiter Disney
- d'un autre côté, Hergé ne pouvait plus feindre d'ignorer
les impératifs commerciaux et dès 1960, Hergé manifeste
un progressif désengagement du journal Tintin,
principalement lors de la nomination de Greg
comme rédacteur en chef du journal en 1965

- en 1978, Hergé est fait officier de l'ordre de la couronne
par le roi des belges, Hergé ayant bien mérité de la nation
comme étant le père de la bande dessinée européenne, celle-ci
ayant entretemps acquis ses lettres de noblesse comme 9ème art

- dans Tintin France, Christian Goux entreprend
une chronique hebdomadaire, baptisée "Tintin story" et entame
la publication de versions originales de Tintin (tel le lotus bleu),
mais mise en couleurs pour la circonstance
par les studios Hergé (1978)
- dès 1978, Hergé devient célèbre, numéro spécial janvier 1979
par le journal Tintin France, Hergé accorde de nombreux interviews
et est l'invité des plus importantes émissions de télévision
>> p. 196 par l'entremise de Pierre Tchernia "Monsieur Cinéma",
les studios Disney adressent au créateur de Tintin et Milou
un hommage exceptionnel: le trophée Mickey Mouse

- Hergé prend part à diverses réceptions
dont le cocktail à l'hôtel Hilton de Bruxelles (1979)
où Hergé dédicace l'album "50 ans de travaux fort gais"
mais Hergé n'aura pas voulu faire que cet album soit réservé
à un cercle limité de privilégiés
et cet album sera un peu plus tard intégré dans l'album
"la bibliothèque imaginaire" diffusé en librairie

- la publicité via Publiart se lance dans des campagnes
de marketing diverses (calendriers, cartes de voeux, etc)
- 1979 devient vraiment l'année Tintin et les enfants de 7 ans
apprennent maintenant à lire avec l'album Tintin et les picaros
>> p. 194 illustration de couverture
pour l'almanach "Sélection Tintin" de 1955

- 1979 aussi, début de la publication par Casterman
des "archives Hergé"
et Tintin France prolonge la chronique "Tintin story"
par "les archives de Moulinsart"
>> p. 199 fresque destinée au centre culturel belge
avec tous les personnages d'Hergé
>> p. 200 le hors-texte avec l'homme-léopard dans Tintin au Congo
- la même année, pour Hergé, est organisé à Paris hôtel des Monnaies,
une exposition originale Tintin avec de nombreux objets
se référant aux aventures de Tintin et une place importante
est réservée au thème du fétiche à l'oreille cassée
accompagné de nombreux objets d'art précolombien
prêtés par les musées royaux d'art et d'histoire
>> p. 206 l'histoire du vol du fétiche
imaginée lors de l'exposition

- l'année 1979 fut donc excellente mais aussi éprouvante
pour Hergé qui aspire maintenant à la discrétion et qui
commence la dernière aventure de Tintin et l'Alph-Art
- il manque toutefois encore un référence à Tintin:
le vrai timbre-poste
ce sera chose faite en 1979 avec un timbre
montrant le portrait de Tintin (avec Milou et Haddock)
à une valeur choisie pour l'affranchissement
de courrier ordinaire à grande diffusion

>> p. 211 en 1971, la célébrité de Tintin avait déjà été
confirmée par le général De Gaulle qui déclarait:
"au fond, mon seul rival international, c'est tintin"
>> p. 212 illustration de Carreidas et de la Castafiore
lors d'un déjeûner en tête-à-tête à Moulinsart

5) un mythe dans le siècle par Bourdil
- mort d'Hergé le 3.3.1983, son décès prit
une ampleur considérable dans la presse
n.b. à la veille de sa mort, Hergé aurait pu confier
à ses collaborateurs la responsabilité d'une élaboration continue
des aventures de Tintin, il ne l'a pas voulu, car Tintin,
c'était lui, et Hergé/Tintin devint un mythe
- un mythe est quelque chose qui se raconte,
c'est une histoire avec quelque vraisemblance
le lotus bleu est sans doute l'album le plus mythique d'Hergé
n.b. différence entre mythique et mystique
mythique: relatif au mythe, à la légende, qui ne repose
sur aucune preuve si ce n'est une histoire
probablement réelle, mais déformée par les temps
mystique: croyance absolue qui se forme autour d'une chose
ou d'une personne, qui a trait aux mystères ou choses secrètes

- le journal France Soir a clairement démontré que Tintin est unique
en dépit de son évolution et Hergé favorise la mystification
(= action de mystifier, berner, généralement
pour s'amuser à ses dépens) de ses personnages par son style unique
et même inimitable (en quelque sorte)
n.b. les albums les plus cités au moment du décès d'Hergé
font référence à des préoccupations politiques
(lotus bleu, au pays des soviets, Tintin au Congo, l'oreille cassée,
Tintin et les picaros, le sceptre d'Ottokar) et certains objets
qui font partie des aventures de Tintin deviennent des archétypes
(tel la fusée à damier rouge ou le fétiche à l'oreille cassée)

>> p. 215 à 227 diverses illustrations avec notamment
de nombreuses couvertures du journal Tintin de 1946 à 1980
>> p. 229 le retour de Tchang à Bruxelles en 1981
après une séparation de près de 50 ans
mais Tintin retrouvera déjà Tchang au Tibet dès 1958!

les guest stars dans les aventures de Tintin:
- Al Capone, le seul personnage mentionné
par son vrai nom (avec Tchang)
- Henri de Monfreid = le trafiquant anonyme
dans les cigares du pharaon
- Bazil Zaharoff alias Bazil Bazaroff dans l'oreille cassée
- Jacques Bergier alias Mik Ezdanitoff dans vol 714

>> p. 235 en l'espace de 40 ans, sept rédacteurs en chef
se sont succédés à la barre du journal Tintin:
- Jacques Van Melkebeke, André Fernez, Marcel Dehaye,
Greg, Henri Desclez, André-Paul Duchâteau
et Jean-Luc Vernal (encore en poste), mais ce sera
probablement Greg qui aura le plus marqué le contenu du journal
>> hommage au journal Tintin par Raymond Leblanc et petit aperçu
sur les périodiques de bande dessinée dans les années 80

6/ les aventures de Georges Remi par Fanny Remi
- commentaires sur Georges Remi (et non Hergé) par Fanny Remi
(pas encore Fanny Rodwell en 1986)
- Georges était devenu philosophe et s'intéressait
au Bouddhisme, Zen et Taoïsme
- la Suisse restait un des ses pays de prédilection
(en fait un peu plus tard, Fanny prit son domicile en Suisse à Villars)
>> p. 252 la visite de Georges Remi chez les Sioux
- malgré de nombreuses démarches, G. Remi (ou Hergé)
n'a jamais pu obtenir un visa pour la Chine de Mao
(on n'en connait pas la raison)
et à défaut Georges Remi se rendra à Taïwan

>> une description sur l'homme Georges Remi
avec très peu de mention sur Hergé et Tintin

>> un album superbement réalisé avec des illustrations
et documents inédits, le tout présenté dans une structure
chronologique bien ordonnée et tout à fait intéressante
>> prélude à la super série "chronique d'une oeuvre"
en 7 volumes, parus de 2000 à 2011

Annexes
- couvertures 1er et 4ème plat de l'album
- publicité par Tintin pour les albums Casterman (vers 1945)
- articles sur objectif lune et on a marché sur la lune
- la statue-fétiche du chevalier François de Hadoque
- un curieux tête-à-tête entre Carreidas et la Castafiore

couvertures:
Copyright 2008 - 2023 G. Rudolf