bande dessinée (la)

série: Etude de BD
dessinateur / scénariste: Blanchard Gérard
éditeur: Marabout 1969
genre: Etude
classement: biblio1
date: 1969
format: broché
état: TBE
valeur: 8 €
critère: ***
remarques: titre complet:
la bande dessinée, histoire des histoires
en images de la préhistoire à nos jours
livre double Marabout, couverture par le studio Marabout,
en partie N&B en partie couleur

Préface
plusieurs sciences appliquées aux images:
- le dessin pur et les signes
- l'alphabet
- iconographie et typographie (souvenir des manuscrits)
- l'imprimerie (livres et journeaux)
- photographie et cinéma
- la télévision

A) des temps barbares au Moyen Age
- les premières images sont inspirées des traces ou scènes
de chasse ou de guerre vécues par les premiers hommes (préhistoire)
- dès l'origine des temps, deux principaux moyens
de communication seront utilisés:
- le dessin (description des faits et gestes)
- le signe (relation des paroles, des pensées et des sentiments)
- plusieurs genres de dessins ou de signes apparaissent:
peintures rupestres, gravures, hiéroglyphes,
l'écriture peinte ou pictographie
- les phéniciens sont à l'origine de l'alphabet actuel
- les premières bandes dessinées: les images des mystères grecs
sur les flancs des vases ainsi que les mosaïques romaines et byzantines
n.b. le thème de la cosmogonie = récit mythique
sur la formation de l'univers

- apparition du christianisme (religion de la parole incarnée) qui
adopte l'image (le poisson) et l'écriture comme moyen de communication
- peintures murales, parchemins dont sera issue la Bible
- écoles monastiques et copie des parchemins (scriptoria)
- les tentures (tapisserie de la reine Mathilde 1070 exposées à Bayeux)
- les manuscrits de l'Apocalypse (1072)
- "l'hortus deliciarum" (jardin des délices)
de l'abbesse Hérade de Lamberg = images sur manuscrit
au service de la scolastique
(l'enseignement dans les écoles du Moyen Age vers 1185)
- la science de l'enluminure au style gothique rend le manuscrit
un objet d'art et de valeur, les vitraux se perfectionnent
- publication de la Bible moraliste de Saint-Louis (1250)
- Raymond Lulle (1231-1315) développe dans ses images
les techniques de la communication,
ce sera le précurseur des publicitaires modernes
-le "jeu d'Adam" (la procession des prophètes)
= le plus ancien drame connu en images
- la parole au figuré, la parole théâtralisée,
(l'histoire du Christ dans "l'apocalypse anglaise" vers 1230)
- création au Moyen Age des premiers "phylactères"
sous forme de banderoles (similitude avec les bulles de la BD)
avec la mort devant son juge (1230)
- premiers décors dans la peinture dans
"les 7 joies de la vierge Marie" par Memling vers 1450
>> p. 38-39-40 utilisation des phylactères (banderoles)

pratiquement toutes les images crées dans cette période
sont d'origine ecclésiastique


B) l'imprimerie
- le papier, ramené d'Orient, provoque la découverte de l'imprimerie,
précédée toutefois de la xylographie (gravure sur bois)
- la "Bible des pauvres" (1400) = premier comic book
- la peste en 1348 va marquer l'art européen de cette période
avec l'image de la mort et "la danse macabre"
- Gutenberg, père de la typographie en 1456 qui sera le véhicule
essentiel de la pensée occidentale jusqu'à nos jours,
cette date terminera officiellement la période du Moyen Age
- vers 1493 apparaissent les ancêtres du journal illustré
(pamphlets, imprimés, libelles)
- début de la transmission par les almanachs (le messager boiteux)
et par les contes de la tradition populaire et des légendes
(les contes de ma mère l'Oye, repris par Perrault, soit 8 contes:
la belle au bois dormant, le petit chaperon rouge, la barbe bleue,
le maître chat ou le chat botté, les fées,
Cendrillon ou la petite pantoufle de verre,
Riquet à la houppe, le petit poucet)
- le besoin du merveilleux et de la fantaisie prend son essor
- c'est aussi le temps des montreurs d'image populaire
(chanteurs de cantiques, colporteurs, etc)


C) l'imagerie populaire ancienne
- en 1853, vente d'images religieuses et de livres par colportage
tel que les romans médiévaux aux éditions de Troyes comme
Ogier le danois, les quatre fils Aymon
- les imageries (Rouen, Lille) publient déjà des romans à images
tel que Geneviève de Brabant et Robinson Crusoë
- l'imagerie d'Epinal, grâce à sa vitalité, se développe particulièrement
grâce à la lithographie (art de reproduire des dessins par impression)
et publie entre autre l'épopée napoléonienne
>> p. 65-68-69-72 tableaux en plusieurs cases par l'imagerie d'Epinal
(= première bande dessinée à vignettes tel le roi de la lune)

D) le XIXème siècle
- période des encyclopédistes, ceci dû à un besoin généralisé de savoir,
développement de la production et première prise en considération
des consommateurs, progression des idées sociales
- renaissance des histoires et multiplication des images
grâce à l'invention de l'imprimerie moderne:
les romans de Jules Verne, bibliothèques populaires,
livres d'école obligatoires, cours du soir,
l'industrialisation du livre est commencée
- naissance de la bourgeoisie, apparition des estampes
(scènes de vie réelles), n.b. estampe = impression d'une gravure
et des caricatures en Angleterre, précursées par Hogarth (1733)
et continuées par Rowlandson dont s'inspirera plus tard Töppfer
- Rodolphe Töppfer, lors de visites à Londres, est convaincu
de la portée des histoires en images et en tant que pédagogue
commence à publier de petits albums dans ce style;
il sera encouragé par Goethe lui-même, Töppfer publiera sa première
grande histoire imagée avec Monsieur Jabot en 1833
- ce premier album composé d'une série de dessins autographiés au trait
représentera la vraie naissance de la bande dessinée,
chacun des dessins est accompagné d'un texte car les dessins sans texte
n'auraient qu'une signification obscure et le texte sans dessins ne signifierait rien,
Töppfer inventera aussi un monde/société dans lequel évoluent ses personnages
- ses oeuvres: M. Vieuxbois (1827), docteur Festus (1829),
M. Cryptogame (1830), M. Jabot (1833), M. Crépin (1837) et Albert (1844)

- la caricature (création du journal "Charivari" en 1832)
devient un phénomène social important,
naissance du journalisme avec des journeaux paraissant
régulièrement et donnant une extension populaire à la culture

- invention du phénakistiscope (1832) et du zootrope (1833)
= instruments d'expérimentation optique, donnant en tournant
l'illusion d'images animées (le mouvement est toutefois encore
bref et inlassablement répété) par le belge Joseph Plateau
- cette accélération de la notion du temps donnera naissance
au cinématographe et au cinéma tout court

- sur les traces de Töppfer, Gustave Doré fera ses premiers essais
dans les journeaux tandis que Cham continuera l'oeuvre de Töppfer
avec les "voyages de M. Trottman" en 1840

- les machines à imprimer s'améliorent de plus en plus:
a) 1814, la double presse permet d'imprimer sur les deux façes de la feuille
b) 1868, imprimerie sur rotative
c) 1890, les rotatives Derriez peuvent imprimer 40'000 feuilles à l'heure
ce sera l'accroissement de la diffusion

E) la chronique en images
- expansion de la distribution, création des bibliothèques des chemins de fer
(= kiosques de vente dans les gares) en 1852 par Louis Hachette,
Napoléon III introduit en 1854 la première commission de censure

- Daguerre exploite le "diorama", sorte de peinture-spectacle en trompe-l'oeil
et Niepce fait ses premiers essais sur la photographie,
première photo-couleur en 1869
- c'est aussi le temps des laternes-magiques
et en 1835 l'arrivée de la stéréoscopie (procédé donnant l'impression du relief
par examen de deux images d'un sujet prises avec un écartement
semblable à celui des yeux)

- Grandville (1803-1847) est le dessinateur des valeurs expressives
du dessin et de la caricature, célèbre aussi pour avoir créé
un bestiaire d'animaux déguisés en hommes
- Gustave Doré, qui deviendra une grand dessinateur au style baroque
(accumulation de détails) et artistique
publie en 1847 son premier album "les travaux d'Hercule",
puis ce sera aussi l'histoire de la Sainte Russie (1854)
et la guerre de Chine (1855)

- apparition d'histoires en images à tendance politique en 1848
sous Louis-Philippe avec "Monsieur Réac l'opportuniste" par Nadar
- la satire des moeurs remplace les dessins politiques quand la censure sévit,
création des revues comiques, les chroniqueurs par l'image deviennent
plus nombreux tout comme les imitateurs ou "plagiaires",
la propriété artistique commence à prendre forme

- la littérature enfantine
en 1832, après Dickens en Angleterre, Julie Gonrand créé
le Journal des jeunes personnes, Pierre-Louis Hetzel améliorera
la qualité de ces publications en 1843 avec le "nouveau magasin
des enfants" = collection de contes de fées et de légendes
et avec les dessinateurs Johannot et Grandville,
Hetzel s'associe avec Hachette en 1876

- en Allemagne, le journal illustré pour rire "Piepmayer" de Schrödter (1848)
et les illustrations de "Struwwelpeter" de Hoffmann (1847)
étaient déjà très populaires,
c'est dans ce contexte et influencé par Töppfer et Doré
qu'il faut apprécier l'oeuvre de Wilhelm Busch (1832-1908),
le maître des farces en images ou "Bilderbogen"
- des oeuvres tel que la mouche, la partie de luge et surtout
Max und Moritz (1865) sont parmi les plus intéressantes,
Busch a, au plus haut point, le sens du gag dans son système comique


F) début du XXème siècle
- réformation de l'enseignement , arrivée du style "réaliste",
divergences entre l'Eglise et l'Etat, triomphe des idées républicaines
et anti-cléricales, création en 1883
des maison d'école laïques, gratuites et obligatoires

- le livre reste la référence de base et cela est dû
principalement à la scolarisation
mais l'opposition de principe aux "mass media" reste tenace
(radio, photo, cinéma, presse, publicité)

- le monde acquiert toutefois de nouvelles dimensions
grâce à la télé-communication:
le téléphone de Graham Bell (1876), le phonographe
(reproduction du son) par Edison en 1878
et le disque de Berliner en 1887
- l'électricité ouvre la voie à de nouvelles possibilitées:
l'éclairage, la force motrice et les communications
(télégraphie de Samuel Morse et TSF de Marconi en 1896)

- Muybridge (1830-1904) perfectionne la photographie et sera
l'ancêtre du cinéma alors qu'Edison tirera l'idée du kinetoscope
(projection de photographies avec l'impression du mouvement)

- les caricaturistes deviennent humoristes et les journeaux humoristes
(tels Punch et Hally Sloper's Half Holiday à Londres en 1884)
commence à pénétrer le marché,
vogue des histoires en images sans parole (Crafty en 1867)

- en France, parution en 1882 du journal "le Chat noir"
avec le dévaliseur dévalisé par le suisse Steinlen en 1885,
et histoire teintée d'humour noire par Salis,
d'autres dessinateurs tels que Caran d'Ache les rejoignent
- en Allemagne, les "fliegende Blätter" de l'école munichoise apparaissent


G) les dessinateurs du XIXème siècle
1/ Nadar se spécialise dans la photographie
(à la lumière artificielle et sous-marine,
mais surtout dans la juxtaposition des photos en synchronisme
avec le texte prononcé en utilisant l'instantané)
2/ Henri Rivière en utilisant les ombres de Chine,
arrive à une mobilité proche du cinéma
- Caran d'Ache (1859-1909) devient un grand dessinateur
d'histoires en images, avec ou sans parole
(ce seront surtout des histoires militaires)
- Willete (1857-1925) publie son "Pierrot" nostalgique
(= héros lunaire paru dans "l'Age d'Or" en 1888)
et s'affirme comme dessinateur de fantaisie, il dessine
aussi les "parisiennes" (petites femmes légères et déshabillées)

- Georges Colomb alias Christophe (1856-1945), dessinateur humoriste,
s'inspire de Töppfer, ce sera le père de la bande dessinée française,
il débute dans le Journal de la Jeunesse fondé par Hachette en 1873,
Christophe reprend surtout le thème de la parodie des voyages,
son premier récit: "une partie de campagne" sera l'esquisse
de la famille Fenouillard où il crééra un monde
de héros et des aventures à suivre; outre
la famille Fenouillard (1889-1893), Christophe imaginera aussi:
- le sapeur Camember (1890-1896),
- le savant Cosinus (1893-1899)
- les malices de Plick et Plock (1893-1904) et
- le baron de Cramoisy (1899-1902)

entretemps, la photogravure (gravure mécanique des photos)
remplace en partie les dessins ou autres croquis

- Emile Raynaud (1844-1918) invente un genre de "dessin animé"
avec son praxinoscope en 1878, permettant l'animation
des images grâce à un jeu de glaces,
ce sera le théâtre optique ou pantomines lumineuses
avec "pauvre Pierrot" (1892-1900),
le cinéma naissant arrête les projets de Raynaud

- premier film cinématographique: "l'arroseur arrosé" en 1889
avec le cinématographe des frères Lumière

- en Amérique, Mark Twain (1835-1910) publie ses premières histoires
(dont Huckleberry Fin en 1884) et on trouvera par la suite
de nombreux journeaux avec des dessins humoristiques
et des histoires en images

- Puck en 1877, Judge en 1881 et Life en 1883 seront
les précurseurs de la bande dessinée américaine
- les feuilletons hebdomadaires ou "serials" font déjà la fortune
du roman d'aventure avec Kit Carson et Buffalo Bill


H) les premières bandes dessinées américaines
- aux USA, Pulitzer (l'homme du journalisme à sensation)
avec sa revue "World" commence la guerre des journeaux contre
Hearst (le grand magnat de la presse) avec sa revue "Journal"
- Outcault publie dans le "Journal" les dessins du Yellow Kid (1896)

- la bande dessinée américaine adopte de suite la version anglaise
du phylactère médieval: le ballon qui encerclant le dialogue
convient parfaitement à l'expression des histoires de formation verbale
première bande de James Swinnerton en 1892 "little bear and tiger"
dans le "San Francisco Examiner"

- la parution du même héros (Yellow Kid et Katzenjammer Kids)
par deux dessinateurs différents (Outcault + Luks d'une part
et Dirks + Knerr d'aure part) dans des journeaux concurrents
inaugure un phénomène fréquent dans la bande dessinée américaine:
la persistance d'un héros, voir d'un style de dessin
à travers des dessinateurs différents

- après l'essai de "Lil Mose" en 1901, Outcault créé
Buster Brown en 1902 pour le New York Herald de Hearst,
en fait ce sera la continuation des farces de Tom Sawyer
par Mark Twain

- Hearst, en connaisseur de bande dessinée, demande à Rudolphe Dirks
de lui faire une histoire dans le genre de Max et Moritz,
ce seront les fameux Katzenjammer Kids en 1897,
par la suite, Dirks se brouille avec Hearst qui fait continuer
la série par Knerr, cela occasionnera un procès
entre Pulitzer et Hearst, mais le jugement confirmera
que les deux auteurs pourront continuer la série séparément,
toutefois Dirks continuera ces aventures sous le titre de
"the captain and the kids" (Pim Pam Poum en français)
les Katzenjammer Kids auront été les plus anciens personnages
de bande dessinée vivants

- Winsor McCay (1889-1934) sera une exception dans la bande dessinée
de la première époque américaine de par l'importance des décors et des costumes,
la beauté des couleurs et l'originalité du scénario (le rêve)
Mc Cay dessine comme un illustrateur, donnant des tableaux poussés
d'une esthétique raffinée alors que ses confrères se contentent
souvent de croquis rapides et plus rentables
- avec little Nemo in Sumberland en 1905, Mac Cay restitue un pays du sommeil
proche du pays des merveilles d'Alice par Lewis Caroll et "Nemo"
provient probablement du capitaine Nemo de Jules Verne
explorant les univers fantastiques

- en France, la bande dessinée commence à prendre forme
avec les publications des frères Offenstadt:
l'Illustré et le Petit Illustré en 1904,
puis l'Epatant en 1908 avec les Pieds Nickelés de Louis Forton
dont le texte est bourré d'expressions populacières

- Bécassine parait pour un public plutôt bourgeois en 1905
dans la Semaine de Suzette par Pinchon (1877-1953),
cette série sera un grand succès,
Henri Morin commence les albums "Nane" pour les filles
alors que les frères Offenstadt lancent Fillette en 1909
dans lequel A. Vallet dessine "Lili l'espiègle"
qui sera un personange plus social et plus vivant que Bécassine

- influencé par Stuart Blackton (l'inventeur américain du dessin animé en 1903),
le français Emile Cohl (1857-1938) créé un grand nombre de petits dessins animés
en 1913, Cohl se rend aux USA, participe au développement de la bande dessinée
et collabore avec Geo McManus sur une base de relation
entre la bande dessinée et le dessin animé, rentré en France,
Cohl réalisera un court métrage sur les Pieds Nickelés en 1917

- dès 1904 aux USA. le succès des "family strips" tel que
bringing up father (la famille Illico) en 1912 par McManus se confirme

- la bande dessinée américaine subit les transformations de l'imprimé;
d'abord hebdomadaire, elle devient quotidienne
avec Mutt and Jeff en 1907 par Bud Fisher

- en France, la bande dessinée est influencée par le roman-feuilleton,
le feuilleton devient roman populaire et son efficacité est basé
sur un certain nombre de formules dont celui de la "chute"
qui créé le suspense et force l'achat de la suite,
influencé aussi par le cinéma, elle devient "cinéroman",
Griffiti en 1914 met au point de nouvelles techniques de langage
dans le cinéma tel que "le gros plan" et la notion du cadrage,
Douglas Fairbank devient le premier grand producteur du cinéma américain

- les histoires d'animaux sont abordées par George Herriman (1881-1944)
en 1911 avec les fables de Krazy Cat, la folle chatte (ou chat?)
qui aime le souriceau Ignatz qui lui la déteste
et qui est aimée par le chien policier Offisa Pup que Cat n'aime pas,
Herriman exploitera dans ses histoires les variations du non-sense,
d'autres animaux viendront s'ajouter dans la bande dessinöe tels que
le "Giff-Wiff" dans les Katzenjammer Kids et le Marsupilami dans Spirou

- à partir de 1912, se développe le système des "syndicats"
qui est une agence qui commandite et contrôle les dessinateurs
et qui diffuse leurs oeuvres,
les syndicats présenteront une production cohérente
à l'échelle d'une société de consommation

- l'australien Pat Sullivan (1888-1933) dessine en 1920
"Felix le chat" pour le cinéma,
en 1923, par contrat avec le King Feature's Syndicate, Felix le chat
devient une bande dessinée dans laquelle pour la première fois
se développent de nombreux signes conventionnels
pour noter les bruits, les chocs ou les mouvements

- en France, sous l'influence de la bande dessinée américaine,
Alain Saint-Ogan (1895-1974) imagine Zig et Puce en 1925,
(avec le pinguin Alfred) en remplacement de la famille Mirliton (the Gumps),
Saint-Ogan sera le premier à utiliser le ballon dans la bande dessinée française

- Winnie Winkle de Martin Branner en 1920 est introduit
en France sous le nom de "Bicot"
- Benjamin Rabier (le créateur des animaux qui rient) présente
"la vache qui rit" et son succès en 1923 sera le canard Gédéon
avant que sonne l'heure de Donald Duck par Disney en 1934


IJ) l'évolution de la bande dessinée vers l'Age d'Or

- la crise de 1929 aux USA donne à la bande dessinée américaine
une nouvelle impulsion avec notamment les premières bandes d'aventure
tel que "Wash Tubbs" de Roy Crane en 1928 l'avait commencé

- la bande d'aventure de science-fiction débutera toutefois
avec Buck Rogers de Dick Calkins en 1929
avec l'épisode "Buck Rogers en l'an 2429", sous l'influence
de Jules Verne, H.G. Wells, Gustave le Rouge et E.R. Burroughs,
cette bande présente alors une vision baroque des inventions mécaniques,
Hugo Gernsbach fonde en 1926 le premier magazine
de science-fiction: Amazing stories

- en 1929, régression du style libre et valorisation
du dessin réaliste commercial, influencé par la publicité,
Foster, un dessinateur publicitaire connu,
réalise "Tarzan of the Apes" porté au cinéma depuis 1918.
l'esprit du roman d'aventure populaire se développe
et annoncera la bande dessinée contemporaine américaine
que l'on appellera "classique"

- Hollywood devient le symbole de la production cinématographique américaine,
le "star-system" apparait, il aura pus à voir avec la publicité
et le journalisme à sensation qu'avec le talent
- en 1929, création du premier film parlant "le chanteur de jazz"
par les frères Warner, radio et cinéma prennent le pas sur la presse écrite

- la bande dessinée (avec Foster et Hogarth) adopte l'optique
cinématographique pour faire naître l'impression du mouvement
et l'impression d'un panoramique ininterrompu

- les albums Hachette en France éditent toutefois les bandes de Tarzan
en tirant hors de l'image un texte plus "romancé"
et en supprimant nombre de vignettes

- en 1929, les comics sont en régression par rapport au dessin animé
par lequel Walt Disney avec Mickey Mouse de Ub Iwerks force
la commercialisation des dessins animés et créé un nouveau style
de comédie musicale qui connaîtra un immense succès,
ces succès s'expliquent par une audace instinctive à adopter
les nouveautés techniques (sonorisation dès 1928,
technicolor dès 1933 avec "les trois petits cochons"

- 1934, en France, début du "Journal de Mickey" qui sera déterminant
dans l'évolution de la presse pour la jeunesse
qui fonctionne encore selon les formules conventionnelles:
- par la Société Parisienne d'Edition (SPE des frères Offenstadt) et
- la presse catholique moralisatrice
mais développement de la bande dessinée en Belgique avec
les suppléments hebdomadaires du "XXème siècle, le Petit Vingtième" par Hergé,
en 1929 avec Tintin dont la naïveté est compensée par l'humour d'Hergé
et sa façon de raconter le suspense dans un récit
le style d'Hergé s'inspirera tout d'abord de celui de Saint-Ogan
mais Hergé n'hésitera pas à moderniser sans cesse ses dessins,
création en 19446 du "Journal de Tintin",
toutefois le vrai succès de Tintin n'interviendra qu'à partir de 1949

- dans les années 30, le roman policier connait un net succès,
Simenon publie le premier Maigret (1931),
d'autres collections fleurissent tel que Le Masque, Fantômas,
Rouletabille, Arsène Lupin et Nick Carter,
c'est le roman d'aventures dans la jungle des grandes villes modernes

- la bande dessinée américaine adulte avec
"Dick Tracy" de Chester Gould (1931) s'inspire directement
de l'actualité dont la fameuse loi de prohibition (1919)
et la lutte contre les bootleggers (contrebandiers d'alcool)
qui engendre le gangstérisme,
le style de Gould Chester (dessin contrasté, impression grossière,
au trait dur et aux personnages très typés) trouve le succès
et révèle la fascination du grand public pour le crime en image

- Hammett invente le roman policier "noir" en transposant
dans le fil "le faucon maltais" (1930) son expérience
de détective privé à l'agence Pinkerton,
l'action, la violence, l'angoisse et la mort deviennent un spectacle

- dans les bandes d'aventure et à la suite de Foster,
Lyman Young (frère de Chic Young, auteur de Blondie)
reprend dans la même ambiance mais avec moins d'autorité
"Tim Tyler's Luck (Raoul et Gaston) en 1932

- les premières héroïnes de la bande dessinée sont déjà d'actualité
avec "the little orphan Annie" (1924) et "Apple Mary" (1932),
mais Franck Goldwin donne ses leçons de courage
aux poupées "sophistiquées" des comics avec "Connie"
(alias Cora ou Diane) en 1932

- l'arrivée d'Alex Raymond (1909-1956) est un évènement,
son oeuvre touchera tous les aspects de la bande dessinée:
l'aventure et la science-fiction avec Flash Gordon,
l'aventure exotique (Jungle Jim) et la bande policière
(agent X-9 et Rip Kirby)
- A. Raymond qui fut l'assistant de Russ Westover pour
"Tillie the Toiler" (bouclette haute-couture) apporte
une très grande qualité à son dessin et accorde une place
importante aux héroïnes et à l'érotisme dans ses oeuvres,
la King Feature's Syndicate lui demandera de dessiner
Flash Gordon en 1934 pour concurrencer Buck Rogers
et surtout Tarzan,
Raymond dessinera Flash Gordon avec un mélange d'aventure
et de science-fiction,
on notera aussi l'aspect wagnérien de l'épopée (music hall),
l'orientalisme de certains habitants de Mongo
(l'empereur Ming et ses dragons) ainsi que
l'aspect médiéval hérité de Robin de Bois (le prince Barin)

- ce monde de fantaisie où se cotoient la féérie et le goût du grand spectacle
est admirablement servi par l'extraordinaire sens de l'espace de A. Raymond,
curieusement celui-ci n'utilisera pratiquement pas le ballon pour ses textes
(le texte étant plutôt intégré dans l'image à la façon de Tarzan)

- la vogue des bandes policières continuent avec "inspector Wade"
de Lyman Anderson, avec "Red Barry" de Will Gould,
avec "radio patrol" d'Eddie Sullivan et avec "au service de la loi"
de Franck Goldwin (auteur aussi de Connie)

- la bande dessinée fantastique apparait avec "Mandrake"
le magicien, scénario de Lee Falk et dessins de Phil Davis,
le nom de Mandrake provient du poème "mandrake roots"
(les racines de mandragore) par John Donne
- Mandrake, héros-justicier aux super-pouvoirs est un magicien doté
de nombreuses facultées telles que l'hypnotisme,
la prestidigitation et l'invisibilité, il s'adonne quelque fois
à la nécromancie (invocation des morts pour connaître l'avenir)
et à la magie noire, il est accompagné de son
serviteur Lothar doué d'une force herculéenne

- l'aventure exotique est aussi abordée par A. Raymond en 1934
avec Jungle Jim dans le désir de se rapprocher du Tarzan de Foster,
l'action de Jungle Jim se jouera toutefois non en Afrique
mais plutôt dans la jungle de Malaisie,
Raymond introduira à cette occasion la figure féminine et érotique
de Shangaï Lil (Lili de Vrelles)

- Milton Caniff commence en 1934 la bande d'aventure célèbre
de "Terry and Pat" qui deviendra par la suite "Terry and the pirates"
avec le jeune chinois Chang (alias Connie),
Caniff choisira pour ses aventures la Chine, pays où tout est encore possible,
il utilisera pour ses dessins un nouveau style graphique pour l'époque:
le dessin au lavis (avec pinceau et encre de Chine)
qui lui offrira une plus grande possibilitée de nuance
avec les ombres et les fonds noirs admirablement contrastés (page 227)
et développant un réalisme encore plus grand

- inspiré quelque peu de Buck Rogers, Clarence Gray débute en 1935
une bande d'aventure axée surtout sur la science-fiction
avec Brick Bradford (Luc Bradefer) avec notamment le thème
de la chronosphère (machine à explorer le temps et l'espace),
cette bande développera des récits et imageries féériques
parmi des civilisations disparues et des mondes inconnus

- développement aussi du western; après la parution de Buffalo Bill,
Fred Harman (un ancien cowboy) ouvre la voie avec "Bronc Peeler"
et Allen Dean commence "King de la police montée " en 1935
- en 1938, Harman publie "Red Ryder", ce ne sont là toutefois
que quelques échantillons marquants d'une production énorme
et de très diverse qualité

- en 1937, "Prince Valiant" de Foster succède à Tarzan
où Foster revendique sa pleine autonomie de création,
il s'inspire alors des romans de la Table Ronde,
ce seront des romans populaires médiévaux où Foster excelle
avec une documentation historique et un graphisme très détaillé

- autre bande dessinée du fantastique: "the Phantom",
prototype du justicier masqué et costumé, dessiné
de 1936 à 1946 par Ray Moore sur scénario de Lee Falk, puis
de 1946 à 1961 par Wilson McCoy et repris dès 1958 par Sy Barry


K) les super-héros de la bande dessinée
- le plus fameux et le plus ancien: Superman en 1933,
créé par deux adolescents de Cleveland: Jerry Siegel (scénariste)
et Joe Shuster (dessinateur),
longtemps rossés par les gosses du voisinage,
chaque américain se reconnaîtra dans ce personnage à double vie

- Batman créé en 1939 par Bob Kane qui sera un héros masqué
classique, mais toutefois moins spectaculaire que Superman
- le succès de ces super-héros est lié à celui des comic books,
selon la formule de la brochure populaire tel que
"detective comics" (1937), "action comics" (1938)
ou "all star comics (1940)

- les héros à la guerre et les "pin-up" deviennent aussi
des figures marquantes, notamment comme outil de propagande
à l'effort de guerre en 1941, pratiquement tous les héros
seront en lutte contre les nazis ou les japonais dont
- Joe Palooka par Han Fisher en 1930
mais aussi Jim le jungle, Dirk Tracy et même Tarzan
ainsi que Scorchy Smith l'aviateur de John Terry

- les pin-up (filles qu'on épingle) sont aussi de la partie avec
Dragon Lady (qui ressemble à Marlène Dietrich)
dans Terry and the pirates, madame Linx, Summer Olson
ainsi qu'en particulier "miss Lace"
créée dans male call (l'appel du mâle) en 1942 qui devient
l'héroïne exclusive des journeaux des forces armées US

- en France, influencé par la parution du journal de Mickey,
de nouveaux périodiques voient le jour tel que
Hurrah, Jumbo, Robinson, l'Aventureux, l'As, Boum, Hop-Là
et tant d'autres, mais la guerre arrêtera ces publications


L) l'évolution de la bande dessinée après-guerre

- avec l'essor de la télévision en 1946, l'histoire en images
se transforme à nouveau, la télévision prenant en charge par ses reportages
le réalisme documentaire et par ses feuilletons une partie
de la fonction romanesque de la bande dessinée,
un nouvel humour graphique apparait dans la bande dessinée:
Saul Steinberg en 1945 avec "all in line"

- A. Raymond renouvelle le type du détective privé avec Rip Kirby
en créant les romans criminels réalistes (la série noire)
dont l'érotisme mêlé à l'action fait le succès,
dans cette nouvelle série, l'image dont l'accent
est mis sur le comportement et sur le mouvement, l'emporte sur le dialogue,
après la mort de Raymond en 1956, John Prentice continuera la série

- la bande satiriste (du genre de Li'l Abner par Al Capp)
s'établit de pllus en plus, Al Capp dessinera aussi
une bande plus moderne "Farless Fosdick" qui deviendra célèbre

- les dessins animé (tel le "woody woodpecker" de Walter Lanz
et "Tom and Jerry" de Tex Avery, produits de plus en plus pour la télévision,
influencent également la bande dessinée et provoquent la parution
de nombreuses bandes animalières dont "Pogo" de Walt Kelly en 1948

- à la suite des Katzenjammer Kids se développent de nouvelles bandes
d'éducation libérale tel que "the Peanuts" de Charles Schulz en 1950

- avec Albert Feldstein, le style d'horreur se développe
avec les "horror comics" en 1950 et surtout avec la revue "Mad" en 1952,
cette recrudescence de la violence, voire de la sexualité et du sadisme
(les revues "vault of horror" et "tales from the crypt")
amène l'intervention de la censure,
ce nouveau genre produit une lecture à deux degrés dont l'un fait
appel à la connaissance des références culturelles qu'elles critiquent

- développement aussi des bandes sentimentales
(que l'on appelera familièrement les "soap opera)
dont le genre représentatif sera "heart of Juliet Jones"
par Stan Drake en 1953

- Jules Feiffer créé un nouveau genre de style d'humour graphique
nouveau basé sur la politique, et use d'un style croquis rapide
avec un texte élaboré et intellectuel tel que "the exemplainers"
en 1958 dont s'inspireront Copi et Wolinsky

- avec little Annie Fanny en 1962 commencé dans Playboy par Will Helder,
s'effectue une érotisation accrue dans les images (provocation sexuelle),
ce sera aussi l'époque des "filles de papier"

- les filles de papier marqueront le début de la bande dessinée pour adultes,
des premiers feuilletons tel que "les amours célèbres" dessinés par A. Carlotti
paraitront dans France-Soir, parution aussi des premières bandes
de J.-C. Forest dont il tirera "Barbarella" en 1962,
"Bébé Cyanure" et "Marie Math" en 1964,
Guy Pellaert créé Jodelle (1966) et Pravda (1967)
aux couleurs popart criardes (pop art)

- après 1960 aux USA, on assiste au retour des super-héros,
Stan Lee (le plus jeune rédacteur de comic books en 1940)
s'occupera de publier en 1953 de dives titres:
Spiderman (l'homme-araignée), Dare Devil (le justicier aveugle),
Hulk (le monstre), X-Men (les mutants),
the Fantastic Four avec l'homme-plastique, la femme invisible,
la torche humaine et le monstre herculéen,
the Avengers (les justiciers), Thor le viking,
the Spectre (l'homme-fantôme), Hawkman (l'homme-faucon)
et the Flash (l'homme-éclair)
- dans ces aventures se mêlent le souvenir des mythes,
contes de fée et légendes sous toutes sortes de déguisements
rehaussés de couleurs vives

- en Europe, se développe aussi une nouvelle bande dessinée
après-guerre malgré la censure de 1949 avec l'arrivée
des journeaux Tintin, Vaillant et la reprise de Spirou,
E.-P. Jacobs, inspiré de Raymond avec le rayon U, réussira à produire
un style personnel très étudié qui deviendra un grand succès

- les "Heroïc-Albums" en Belgique servent de piste d'envol
à une nouvelle génération de dessinateurs,
en 1946, Raymond Leblanc lance le "Journal de Tintin"

- les séries "aviation" abordées par les dessinateurs américains:
a) Smiling Jack par Zack Mosley en 1933
b) Scorchy Smith (Bob l'aviateur) par John Terry en 1940
c) Johnny Hazard par Frank Robbins en 1946
sont continuées en Europe avec beaucoup de succès notamment
par Jean-Michel Charlier (un ancien aviateur) qui créé avec
Hubinon la série de Buck Danny (directement inspirée
du Steve Canyon de Caniff) et avec Uderzo/Jijé la série
de Tanguy et Laverdure (inspirée du feuilleton télévisé)

- le Far West fait aussi partie du folklore européen,
rappelons les meilleures séries:
- Cisko Kid par José Luis Salinas en 1951
- Randall par Arturo de Castillo
- Jerry Spring par Jijé en 1955
- Blueberry par Giraud en 1965
- Lucky Luke, western humoristique par Morris dès 1947
(avec Goscinny comme scénariste dès 1955)

- avec Astérix d'Uderzo et Goscinny en 1961, le héros national français,
le mini-superman est né, avec une lecture au second degré,
aussi bien dans l'image que dans le texte, ce sera un succès foudroyant,
- Pilote est lancé en 1959 par Goscinny qui a visité les USA
et a fait connaissance avec des gens comme Harvey Kurtzman,
Goscinny sera influencé quelque peu par l'esprit de Mad,
l'influence américaine devient à nouveau plus manifeste en Europe

- la caricature et le dessin humoristique connaissent un renouveau
avec "le petit Nicolas" en 1963 et avec "monsieur Lambert"
(scénario de Goscinny) en 1965 dessiné par Sempé
et par d'autres dessinateurs tel que Jean Effel, Siné et François


M) la bande dessinée anglaise
- les anglais n'ont jamais bien pu acclimater la bande dessinée
américaine, mais par contre, ils ont réussi à en donner
de bons équivalents tel que:
- journal of Jane by Norman Ritt (1932-1959)
- Garth by Steve Dowling (1935)
- Buck Ryan by Jack Monk (1937-1962)
- Jeff Hawke by Sydney Jordan (1954)
- Carol Day by David Wright (1956)
- Modesty Blaise by Jim Holdaway (1965)

N) la bande dessinée italienne
- Antonio Rubino (1880-1964) est l'un des premiers dessinateurs
de bande dessinée avec des illustrations enfantines,
- après 1934, ce sera l'époque de Topolino
(= petite souris = Mickey) et des "fumetti",
(n.b. fumetti signifie "petites fumées", en référence
à l'aspect des bulles servant à faire parler les personnages)
d'importantes rééditions de bande dessinée américaine
se feront après la guerre
- on peut aussi mentionner Hugo Pratt (bande dessinée d'aventure
psychologique), quelque peu inspiré de Milton Caniff,
Jacovitti (fantaisiste humoriste)
et Crépax (style érotique particulier)
n.b. et à ne pas oublier Kurt Caesar

- l'Italie aura toutefois été le pays où le photoroman
(presse du coeur) aura débuté en 1947
et où il aura été le plus diffusé


O) conclusion
- ce qui va encore changer à l'avenir dans la bande dessinée,
ce sera notre façon de la lire

>> un album d'étude et historique de la bande dessinée
très détaillé et bien documenté avec de superbes illustrations
consistant en planches inédites et originales
sur l'origine et l'évolution de la bande dessinée, toutefois
la floraison des oeuvres de bande dessinée après-guerre
rend la bibliographie et l'étude des dessinateurs
plutôt compliqué et nombre de genres de bande dessinée
ne sont plus mentionnés (tels les petits formats)


annexes
- couverture du livre
- exemples d'enluminures (= lettre peinte ou miniature
ornant d'anciens manuscrits, des livres religieux)
- détail de la tapisserie de Bayeux
- deux pages de la bible des pauvres
- couverture réédition du livre 1974


couvertures:
Copyright 2008 - 2023 G. Rudolf