planches 1 à 42

série: Conquérants de l'avenir
éditeur: Aventureux
classement: dossier 462C1
année: 1936
format: archive personnelle
état: TBE
valeur: 0 €
critère: **
remarques: les conquérants de l'avenir par CAESAR Kurt Away

à noter que ceci n'est pas une pièce de collection,
mais une pièce de documentation

genre science-fiction, publié en couleurs
dans les pages de "l'Aventureux" (éditions Mondiales)
à partir du n° 1 du 8 mars 1936 au n° 40 du 13 décembre 1936,
série rhabillée dans la version française de l'Aventureux, mais
personnages pratiquement nus dans l'édition originale
de Editrice Moderna en 1936

créé en 1936 par les éditions Mondiales, L’Aventureux est un hebdomadaire
qui publia plus d’une soixantaine de séries de bande dessinée
représentant tous les genres, de la science-fiction au western,
en passant par l’histoire, il prit fin en 1942

César Jack Away est l'auteur de cette série,
mais l'histoire serait d'origine douteuse dont le début
serait repris du mystère des XV de Jean de La Hire (1922)

annexes
- numéros 1, 3, 4, 5 et 6 de l'Aventureux
- détails des numéros 8 et 18
- numéro 22, rhabillé version couleur et N&B,
personnages pratiquement nus dans l'édition originale


Information

a) Kurt Caesar, de son vrai nom Kurt Kaisar, est un dessinateur franco-italien
que l'on connait aussi sous quantité de pseudonyme:
Caesar Away, Jack Away, Avai, Corrado Caesar
- Kurt Kaisar est né en France à Montigny-les-Metz en 1906 de parents allemands,
il a fréquenté l'école des beaux-arts de Munich, et a commencé sa carrière
comme journaliste international pour l'agence de presse allemande Ulman,
au milieu des années 1930, il s'installe en Italie, où il débute sa carrière dans la BD,
arrivé en Italie, il change son nom en Kurt Caesar
et commence à signer ses pages avec divers pseudonymes
"César Away", "Jack Away" ou "Avai",
en autodidacte, il s'est spécialisé dans la BD d'aviation,
mais il réalise aussi des bandes sur la marine,
la science-fiction, les récits historiques et quelques western,
Caesar était un maitre en matière de design d'engins,
c'est pourquoi il prenait plaisir à réaliser des BD de guerre,

- sa première bande fut "i due tamburini" , suivi de "le trei porcellini"
qui parûrent dans la revue "il Vittorioso", entre 1938 et 1943,
il a déssiné "Romano la legionario" dans ce même magazine,
cette série, relatant l'histoire d'un pilote italien au cours de la guerre civile espagnole,
est devenu son oeuvre la plus célèbre, dans cette période,
Caesar déssine une autre BD d'aviation intitulée
"Dino e Dario, Eroi dell'Aria" qui mettait en scène le pilote americain Will Sparrow,
au cours de la Seconde Guerre mondiale, Caesar reprend son métier de reporter
et voyage avec le général Rommel, en réalité, c'était un résistant
et son activité fut récompensée après la guerre,
après cela il reprendra sa place dans le monde de la bande dessinée en Italie
où a continua à travailler pour les périodique "il Vittorioso" et "il Giornalino"
avec entre autres les séries il mozzo del sommergibile et nel vortice astrale,
il a aussi dessiné un grand nombre de couvertures pour "Urania",
un mensuel de science-fiction, il commence alors
une activité pour les publications étrangères,
c'est ainsi qu'il a illustré des histoires de guerre pour
le "British Fleetway's Battle Picture Library", "War Picture Library"
et "Air Ace Picture Library",
c'est à cette période qu'il travailla sur la série Battler Britton , Spy 13,
Dogfight Dixon (Jack Dixon en France) et Jet Ace Logan (Jet Logan en France)
pour la "Thriller Picture Library", pour le marché allemand,
il illustra aussi les premiers épisodes de la série S-F "Perry Rhodan"

- Kurt Caesar nous quitte le 12 Juillet 1974 à Bracciano en Italie

- il a signé ses planches sous de multiples noms
comme Cesare Avai, Jack Away, Corrado Caesar ou Kurt Caesar
et sa personnalité mal connue a donné naissance à quelques légendes,
sa production phénoménale laisse rêveur car vers la fin des années 30,
en réalisant ses chefs d’œuvre, il produisait quatre à cinq planches par semaine,
les critiques se sont longtemps égarés devant son identité incertaine
et on pouvait lire au cours des années 60 dans la revue Phénix (no 6)
qu’il existait deux personnes derrières ces pseudonymes,
il a fallu plusieurs années pour corriger cette erreur
et on connaît mieux aujourd’hui son histoire
qui est bien résumée dans le petit site d’Imperia,
la vérité est ainsi plus surprenante que la légende puisque
selon ses déclarations, il est né dans une famille allemande,
il se nommait au départ Kurt Kaiser de Burtenbach
et il est né en France, à Montigny-Lès-Metz, en 1908

- avant de devenir un "dessinateur italien", il fait des études en Allemagne
et fréquente les Beaux Arts à Munich et Berlin,
puis il part sillonner le monde en tant que reporter,
épris d’aventures, il apprend à piloter les voitures, les bateaux ou les avions
qu’il dessinera plus tard avec minutie dans ses BD,
après avoir voyagé plusieurs années, il se marie en 1934
et abandonne sa carrière de globe trotter pour devenir dessinateur de fumetti

- conquérants de l’air, as du ciel pirates du Ciel, ses BD d’aviation
sont restées longtemps mystérieuses, d’autant plus qu’elles ont parfois plusieurs titres,
par ailleurs, les planches de Caesar sont dispersées dans de multiples revues
et il n’existe aucune bibliographie complète de son œuvre,
ce n’est qu’après avoir lu l’article très documenté d’Ange Tomaselli,
paru dans Hop (N° 51), que l'on a commencé à y voir plus clair,
cette présentation enthousiaste a d’ailleurs donné l’envie
de découvrir ses BD parues en France mais leur recherche n’a été qu’une suite de déceptions,
les grands illustrés de l’âge d’or sont hors de prix et les fascicules à meilleur marché
(récits complets ou petits formats) ne montrent que des images de taille réduite
dont le noir et blanc est dépourvu de charme, il était donc difficile
de comprendre l’admiration suscitée par ce dessinateur jusqu’au début des années 2000,
lorsque la parution du livre de Jean-Jacques Gabut, consacré à l’âge d’or de la BD,
a fait découvrir l’attrait de ces grandes pages publiées dans
Robinson, l’As ou l’Aventureux,
il est difficile d'établir une collection de ces planches,
toutefois il est possible d'en rassembler quelqu'unes sur Internet

- ses premières BD paraissent en 1935 sous le nom de Jack Away ou Cesare Avai,
ce sont "il prigionierro" (dans l’Intrepido) et "i due tamburini" (pour La Risatta)
qui restent inconnus en France, selon Tomaselli, ce ne sont que les débuts de Caesar
et le dessin est encore approximatif, aucune image disponible
de la "patrouille bleu horizon" publiée en 1936 dans l’Aventureux
ou du "corsaire de fer" qui est paru dans une revue française éponyme,
mais on peut se souvenir de ces couleurs étonnantes
grâce aux images que montre l’anthologie de Jean-Jacques Gabut,
la première œuvre marquante de Caesar est une histoire se science-fiction,
il s’agit des conquérants de l’avenir, qui parait en 1936 dans l’Aventureux
et qui est signée "Caesar Away", dans un journal illustré de grande taille,
ces planches laissent une forte impression

- l’intrigue des conquérants de l’avenir se déroule sur une planète Mars plus qu’improbable
et qui évoque davantage l’univers de Mongo qu’une planète du système solaire,
on y découvre un récit d’heroic fantasy qui mélange sans réel souci de vraisemblance
des dinosaures, des châteaux médiévaux et des armes modernes,
l’intervention d’hommes ailés dans certaines images révèlent d’ailleurs
l’influence manifeste de Flash Gordon,
le dessin de Caesar n’a pas encore le niveau de ses grandes réussites,
mais la grande taille des images met en valeur la précision des détails,
de plus, les planches sont construites avec une savante asymétrie
qui ne perturbe pas la lecture et la mise en couleur souligne leur aspect spectaculaire

>>> voir aussi dans internet: mystérieux Kurt Caesar (1), les lectures de Raymond



b) le mystère des XV est un roman français de Jean de La Hire
publié en feuilleton en 1911 dans le quotidien Le Matin,
il n'a cependant été publié en format relié que onze ans plus tard aux éditions Ferenczy
en deux volumes sous les titres le mystère des XV et le triomphe de l’amour,
puis de nouveau en 1954 aux éditions Jaeger: le secret des XII et les conquérants de Mars,
malgré ces rééditions françaises tardives, ce roman a été traduit, plus ou moins fidèlement,
dans la première moitié du XXe siècle pour être publié à l'étranger

- le récit raconte la suite d'un précédent roman-feuilleton de Jean de La Hire:
l'homme qui peut vivre dans l'eau, en situant l'action 25 ans plus tard,
il introduit le personnage de Léo Sainte-Claire le Nyctalope
et raconte sa première aventure,
ainsi, dans ce roman, une organisation secrète, appelée les XV,
enlève quinze jeunes femmes à Paris pour les emmener
sur la planète Mars qu'elle projette de conquérir,
le Nyctalope, dont la fiancée figure parmi les victimes, se lance à la poursuite des ravisseurs,
cette course-poursuite l'amène tout d'abord au Congo, avant de le conduire sur Mars,
arrivé sur la planète rouge, il doit dans un premier temps affronter l'organisation des XV,
avant de se retrouver au milieu d'un conflit avec les martiens

- ce roman d'aventures s’inscrit dans la lignée des romans scientifiques européens
de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle,
qui situent leur action sur la planète Mars,
malgré d'importantes références au roman la guerre des mondes de H. G. Wells,
le mystère des XV présente quelques nouveautés: tout d'abord,
c'est le premier roman français à présenter la colonisation de Mars par les Terriens;
par ailleurs, Jean de La Hire inaugure l’apparition
d’un des tout premiers super-héros de la littérature populaire en dotant son héros de nyctalopie

couvertures:
Copyright 2008 - 2023 G. Rudolf