BD de science-fiction américaine

série: Etude Comics
dessinateur / scénariste: Riche+Eizykman
éditeur: Albin EO 1976
genre: Etude
classement: biblio711A
date: 1976
format: broché, N&B
état: TBE/N
valeur: 10 €
critère: *
remarques: dans la collection graffiti,
titre complet: la bande dessinée de science-fiction américaine,
cet album de 1976 reprend toutefois quelque peu
le contenu de comics USA 1975,
mais moins intéressant et uniquement en noir&blanc

1/ définitions et approches théoriques
la BD de science-fiction prend en quelque sorte le relais des récits exotiques
et par la suite, il sera de moins en moins malheureusement
question de science-fiction
>> voir p. 13 les dessins de Clay Wilson, Moscoso, G. Shelton, Crumb
dans la revue Zap comix

2/ les premiers repères
4 personnages qui ont permis à la BD de science-fiction
d'effectuer ses premières interventions:
Buck Rogers, Brick Bradford, Flash Gordon et Connie

- Buck Rogers in the 25th century, créé en 1929 par Phil Nowlan et
Dick Calkins, alors publié dans le "National Newspaper Syndicate",
Buck Rogers étant quelque peu le précurseur de Flash Gordon

- Brick Bradford (Luc Bradefer) 1933, par William Ritt et Clarence Gray
n.b. Brick Bradford utilise pour ses déplacements
une chronosphère qui aura deux fonctions principales:
a) visiter les sociétés passées et futures
b) échapper aux poursuites de ses adversaires

- Flash Gordon (Guy l'Intrépide) 1934 par Alex Raymond
les deux héros apparaissant dans le King Feature Syndicate,
c'est un des premiers space-love-opera avec les ébats amoureux
de Dale Arden et Flash Gordon
>> p. 40/41 extrait de l'épisode "la fin du monde"
Alex Raymond créera en parallèle Jungle Jim, l'agent secret X.9. et Rip Kirby

- Connie ou Diane ou Cora apparaît en 1927
mais ne deviendra une figure de science fiction qu'en 1935,
dessinée par Frank Godwin, un illustrateur de pulps,
spécialisé dans les histoires d'aviation

3/ les comics: digressions anecdotiques et points de repères
tout est parti des pulps, ces magazines imprimés sur un papier de
mauvaise qualité
qu'avait lancé sur le marché un éditeur du nom de Frank Munsey en 1896,
conscients de ce succès, les éditeurs firent paraître
des revues aux nombreux titres tel Amazing stories en 1926,
puis ce sera Adventure comics en 1934, Action comics en 1935
et Detective comcis en 1937 avec Superman et Batman,
grand succès de Superman par Jerry Siegel (scénario) et Joe Shuster (dessin)
qui donnera lieu à la famille Superman:
Superboy, Supergirl, Superman's girl friend et même Superman's pal
>> p. 60 Superman's pal: Jimmy Olsen

4/ les super-héros: première génération
dans sa très complète et très documentée "history of comics",
Jim Steranko évoque, non sans quelque amertume mal dissimulée,
la naissance de la censure dans les comic books au début des années 1940,
pas de flagellations, pas de pendaisons, pas de combats au couteau,
pas de sexe ni d'allusions au sexe, telles furent les principales règles
qu'édicta à l'usage de ses scénaristes et dessinateurs,
la principale firme de cette époque, la DC (detective comics),
entre autres pour les aventures de Superman et Batman

Superman voit le jour en 1937 et Batman en 1939,
the Flame en juillet 1939 et en octobre Prince Namor, submariner,
le seul des super-héros de la première génération à s'être démarqué
de ses confrères autrement que par la couleur de son costume
ou la nature de ses pouvoirs,
en janvier 1940 commence the Flash et Hawkman, en février captain Marvel,
en mars the spectre et hourman, en mai dr Fate, en juillet green lantern,
et en octobre the Atom
1941 verra apparaître captain America, Starman, Plastic man et Aquaman
ainsi que les héros de la Justice Society of America,
en 1942 wonder woman, robotman et captain midnight

toutes les firmes en présence à cette époque font du super-héros
et il y aura encore parmi d'autres, les plus connus:
the sandman, Johnny Thunder, Quicksilver, the twister, the human meteor,
Doodle, Yankee boy, the flagman, citizen Smith
et les héroïnes Liberty Belle, miss America, miss Victory, Pat Patriot, Yankee girl
ainsi que de nombreux captains tel que captain Freedom, captain Courageous,
captain Glory, captain Red-Cross, captain Valiant, etc

tous seront les défenseurs et les symboles de l'Amérique,
seule exception à la règle: Prince Namor = submariner by Bill Everett,
apparu la première fois dans Marvel Comics No. 1 d'octobre 1939,
il s'agissait du fils d'une atlante, la princesse Fen d'Atlantis,
et d'un officier de marine américain, le commandant McKenzie;
envoyée par les siens séduire le commandant dont la mission dans l'Antarctique
menacait involontairement de détruire le royaume des Atlantes,
la princesse en tomba amoureuse,
suivit un violent combat opposant les deux peuples atlante et américain
au cours duquel celui-ci extermina a peu près complètement le premier;
quelque temps plus tard naquit submariner et, quand il eut grandi,
sa mère lui expliqua qu'il lui fallait venger les siens
en exterminant les gens de la surface,
Namor devint alors farouchement anti-blanc et anti-américain

5/ interférences et perversions
avant l'apparition de la "nouvelle vague", on a souvent entendu
condamner la science-fiction américaine sous prétexte
que les romans, nouvelles, films et bandes dessinées qui s'en réclamaient
n'étaient rien d'autre que des westerns à peine fardés

la science-fiction dès lors n'est souvent présente dans ces magazines
qu'en tant qu'elle cautionne un univers dont l'homme n'a pas la maîtrise,
grands anciens et dieux-venus-sur-terre-nous-transmettre-leurs-secrets
d'il-y-a-fort-longtemps s'y bousculent au portillon,
en ce sens elle rejoint le fantastique romantique

6/ survol partial et partiel des comics de science-fiction
a) de 1940 à 1950: Fiction House avec Planet comics, All Star, King comics, etc
b) de 1950 à 1954 les E.C. comics (Educational comics),
crées par Max C. Gaines, le père des comic books, au cours des années 40,
la firme E.C. devait à l'origine se spécialiser dans la publication
de comic books à caractère éducatif,
à sa mort son fils William ne tarda pas à transformer
le "educational" de E.C. en "entertaining" et de lancer
en compagnie d'Al Feldstein et Johnny Craig de nouveaux magaziness
dont principalement weird science, weird fantasy, horror stories (tales of the crypt)
dont les derniers numéros finirent de paraître fin 1953
lors de l'introduction du "Comics Code Authority"

c) de 1950 à 1965: la D.C. (detective comics) qui n'eut pas à souffrir du Comics Code
avec les revues Strange Adventures et Mistery in Space parmi d'autres

d) de 1970 à nos jours, D.C. et Marvel se partagent un nombre impressionnant
de titres dûs principalement à Stan Lee et Jack Kirby
dont le titre le plus réussi sera "unknown worlds of science-fiction"

7/ les super-héros, deuxième génération
dont le plus populaire fut "the Flash",
création vers 1960 par Stan Lee de nouveaux super-héros
dans le cadre principalement de "Justice League of America",
mais aussi bien d'autres tels que
- silver surfer by John Buscema
- the Avengers (Hulk, Thor, Iron Man, etc), tous créés par Stan Lee et Jack Kirby
- Nick Fury, agent of S.H.I.E.L.D. by Stan Lee et Jack Kirby
- Ka-Zar by Neal Adams
- dr. Strange by Frank Brunner
- fantastic four + new gods by Stan Lee et Jack Kirby
composés de Mr. Fantastic, Invisible woman, the human Torch et Hulk
- Blackmark by Gil Kane

il y eut aussi d'autres maisons d'édition tel que
Charlton Comics qui au cours des quarante années de son existence,
publia des séries de comics dans quasiment tous les genres
afin de répondre aux attentes du public,
s'y retrouvent ainsi des comics policiers, de la science-fiction, du western,
de l'horreur, des comics de guerre, de la romance,
des séries animalières humoristiques (funny animal) et des super-héros
tels que challengers of the unknown, atomic mouse et blue beetle,
de nombreux jeunes auteurs comme Roy Thomas ou John Byrne y débutèrent
et purent y côtoyer des artistes plus confirmés comme Steve Ditko ou Dick Giordano.

8/ adaptations
plusieurs récits bd de science-fiction furent des adaptations de romans d'aventure
publiés par de grands auteurs tels que Burroughs (John Carter, Tarzan),
Howard (Conan le barbare, King Kull), H.G. Wells (guerre des mondes)
et autres pour les aventures de Frankenstein, Dracula, Doc Savage, etc

9/ anti-utopie
les deux bandes dessinées retenues pour représenter l'anti-utopie
offrent ceci de réjouissant qu'elles sont avant tout
des trésors d'images, des ivresses de forme
plutôt que des traductions sèches et linéaires d'un quelconque récit
l'exemple typique étant Little Nemo by Winsor McCay

10/ underground science-fiction inconscient électricité
(underground = qui est produit et diffusé en dehors des circuits commerciaux)
description de nombreuses revues underground tels que Rip Off Press,
Zap, Mad, Gore, Heavy Metal, slow death, etc
crées principalement par les dessinateurs/auteurs:
Crumb, Kurtzman, Corben, Wood, Moscoso, Clay Wilson, Gilbert Shelton,


>>> toutefois un album quelque peu rébarbatif à la lecture,
on y parle de tout et de rien, tout comme les commentaires ci-après
et les illustrations ne sont pas spécialemment recherchées


annexes
- couverture de l'album
- la première héroïne bd de SF: Connie
- superman's pal
- Blackmark


commentaires de l'éditeur
bande dessinée...science-fiction,
deux formes d'expression "populaires" qui devaient fatalement se rencontrer,
avant toute autre nation, les Etats-Unis offraient un terrain privilégié
car à travers ce double miroir fascinant, c'est bien de l'Amérique
qu'il est ici question, avec ses grands débiles et ses petits génies
et avec un sérieux non dépourvu d'humour,
les auteurs ont suivi les développements de ce genre par définition bâtard,
pour y déceler l'idéologie sous-jacente,
les métaphores naïves de la rupture et du maintien de l'ordre,
mais s'ils ont relevé ironiquement l'éternelle répétition de l'aventure spatiale,
c'est pour s'abandonner au vertige des images de la liberté créatrice,
aux fabuleux délires de ceux qui inventent des formes nouvelles
et s'élancent dans une dimension encore inexplorée de l'imaginaire
couvertures:
Copyright 2008 - 2023 G. Rudolf